Centre du Mali : Les ONG à pied d’œuvre

La situation humanitaire au centre du Mali n’a cessé de se détériorer depuis quelques années. L’insécurité qui y règne occasionne non seulement des déplacements massifs mais aussi de sérieux problèmes de famine, de malnutrition des enfants et d’accès aux soins de santé. Face à ce sombre tableau, les ONG multiplient les actions pour venir en aide aux populations les plus touchées par la crise.

 

Présente dans la région de Mopti, à Tenenkou, depuis 2016, « Médecins Sans Frontières » (MSF)  a élaboré un programme d’accès aux soins de santé primaire et secondaire avec des stratégies mobiles pour les endroits difficiles d’accès, touchant ainsi 90% des populations des cercles qui n’avaient pas accès aux soins.

« En 2018, nous avons étendu nos activités communautaires à Douentza, dans les communes de Boni, Hombori et Mondoro, qui sont considérées comme les zones les plus touchées par la crise et nos équipes continuent d’apporter de l’assistance  médicale et humanitaire aux populations », affirme Boulama Elhadji Gori, Chef de mission MSF Mali.

À côté des structures médicales qu’elle appuie, MSF a également intensifié depuis mai 2018 ses activités ponctuelles de réponses aux urgences, soit par la fourniture des premiers soins aux victimes, soit par la distribution de kits non-alimentaires aux déplacés de conflits. « À travers le système de surveillance existant, appuyé par MSF, nous suivons la situation au quotidien, pour détecter, investiguer et répondre aux besoins médicaux-humanitaires au cas par cas », précise M. Gori.

Assistance humanitaire accrue

« Islamic Relief » intervient pour sa part dans la région de Mopti depuis les évènements de 2012, où l’organisation s’est repliée sur Sévaré, devenant active  dans les cercles de Mopti, Djéné, Koro et Bankass. « Au niveau de Douentza, suite à une récente alerte de déplacés, nous avons assisté 193 ménages en matériels d’abris et en vivres », relève Amadou Issa, Coordinateur de projet.

L’ONG est actuellement en train de préparer une opération « Tabaski » qui consistera à distribuer de la viande à des milliers de déplacés. « Cela va couvrir la commune de Douentza pour 1 800 bénéficiaires et deux autres pour 360 personnes chacune, en plus de celle de Mopti, pour environ 3 600 bénéficiaires », assure M. Issa.

Première Urgence Internationale a également entamé récemment une intervention dans le centre du Mali, où elle apporte son soutien à la fonctionnalité de 14 centres de santé et à un renforcement des capacités de leurs agents. « La plupart de nos activités n’ont pas encore réellement démarré, mais en ce moment nous avons des consultations réalisées par des cliniques mobiles dans l’aire centrale de Bankass », confie Coralie Fremion, la Cheffe de mission.

Journal du mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *