Causeries sur les lieux des obsèques : un péché au-delà de la banalisation de la mort !

Aujourd’hui, les funérailles, et même à l’intérieur des cimetières, sont devenus des lieux de causeries, de tissage des relations d’affaires ou de toutes autres futilités de la vie. En effet, il est rare de ne pas voir au cimetière certains participants aux obsèques de leurs parents, amis ou connaissances en train de causer avec d’autres comme s’ils étaient au grin, oubliant la raison de leur présence en ce lieu très sacré (dernière demeure de l’homme), banalisant ainsi la mort.

Il n’est un secret pour personne, la mort est un fait de Dieu auquel aucun être humain n’échappera. Qu’on ait peur ou pas, qu’on soit riche ou pauvre, chacun à un moment, sera rappelé à Dieu, Le Tout Puissant.

La mort d’un proche est très dure et amère, c’est pourquoi, d’autres parents, amis, connaissances et voisins se rassemblent pour compatir à ce moment douloureux pour qu’ensemble ils le surmontent.

Aussi, est-elle un enseignement pour les vivants de penser à leur jour qui, court ou long, viendra. Ce qui doit nous permettre d’accroitre notre crainte et adoration en Dieu et nos actes de bienfaisances dans cette vie terrestre éphémère.

Malheureusement, de plus en plus, les lieux de funérailles sont transformés en des lieux de causeries d’où on discute divers sujets (politique, économique, social, culturel), d’affaires de tout genre, et autres futilités en oubliant le recueillement et la compensions pour le défunt.

Il est très difficile, de nos jours, de distinguer un lieu de funérailles à celui d’un mariage ou baptême. Les gens viennent pour causer et ils discutent de tous souvent même en éclatant du rire. L’on doit se rappeler que les funérailles sont des moments de compassion avec les parents du défunt mais aussi de penser à son jour de décès.

Pire, le cimetière est devenu le lieu de rendez-vous et de discussion pour beaucoup de personnes qui se voient rarement sauf en cas d’évènements sociaux. Ainsi, ils profitent de cette occasion qui n’est ni le lieu, encore moins le moment indiqué, pour discuter, causer, oubliant la raison de leur présence.

Par ailleurs, certains, impatients, ou incapables de s’abstenir pendant ce court temps, se permettent de fumer leur cigarette en public, souvent même dans l’enceinte du cimetière.

Un autre phénomène qui altère de nos jours l’atmosphère des obsèques ce sont les téléphones qui ne cessent de sonner en pleine séance d’enterrement ou prière sur le défunt en famille, à la mosquée, aux cimetières, malgré l’incorporation en leur sein du mode silencieux. D’ailleurs, certains grands hommes affaires ou autres personnalités n’hésitent pas à décrocher leurs appels et faire leur communication, comme s’ils étaient dans leurs bureaux.

En tous cas, ces comportements malsains sur les lieux de funérailles et de culte doivent être bannis à jamais par tous, car ces endroits sont non seulement sacrés, mais aussi ne sont pas compatibles avec certains comportements de cette vie sur terre.

Seydou K. KONE

Source: BamakoNews

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *