Caravane de presse ASSEP-CANAM : La Biométrie comme palliatif à la fraude

«La Biométrie: un système efficace de lutte contre la Fraude à l’AMO». C’est  thème  de  la conférence organisée à l’issue de la caravane de presse organisée les 7 et 8 juillet dans la région de Kayes par l’Association des Editeurs de  la Presse Privée (ASSEP) et la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CANAM), organisme gestionnaire de l’Assurance Maladie (AMO). Trente journalistes  ont pris part à cette caravane de presse sous la conduite du Dr. Adama Fofana, médecin contrôleur à la CANAM.

caisse-maladie-obligatoire-canam

Le Centre de Conférence de Kayes a abrité, samedi dernier, une journée de débriefing à l’issue de la Caravane de presse organisée par l’ASSEP en partenariat avec la CANAM. C’était sous la présidence de M. Cheick Moulaye Baba, Chef de Division au Gouvernorat en présence des responsables des organisations de presse et de la presse locale.

Dans son intervention, le représentant du Maire de la Commune Urbaine de Kayes, au nom du conseil communal, a salué cette réforme qui permet aux assurés la prise en charge partielle de leurs prestations médicales. Aux dires de M. Mahamadou Diallo, la carte biométrique est un moyen efficace de lutte contre la fraude à l’AMO. Il a aussi salué l’accompagnement de la presse dans ce combat, témoignage de leur attachement à l’AMO.

Pour  sa part, le représentant du Directeur Général de la CANAM a mis l’accent sur le rôle joué par la presse qui a permis à la CANAM de surmonter certaines difficultés rencontrées au début de l’AMO. Aussi, M. Oumar Thiémoko Sangaré, conseiller spécial du Directeur général de la CANAM a présenté brièvement le passage de la carte simple à la Carte biométrique à puce. En un mot, la biométrie est un moyen de combattre la barrière financière. Un système qui permet automatiquement d’identifier un assuré. Il a réitéré l’engagement de la CANAM à renforcer davantage ce partenariat qui lie la CANAM à l’ASSEP-et qui permet la diffusion des informations pour la sensibilisation des populations. Un moyen de lutter efficacement contre la fraude dans la prestation des assurés.

Le président de l’ASSEP (Association des Editeurs de la Presse Privée),Birama Fall a axé son intervention sur le partenariat entre son association et la CANAM. Aux dires de M. Birama Fall, l’AMO est l’une des réformes jamais formulées au Mali malgré un déficit de communication constaté au démarrage des activités. Il s’est appesanti sur les différentes caravanes de la presse organisées par la presse dans différentes régions, à savoir Ségou, Koulikoro, Mopti, Sikasso et enfin Kayes. Il a mis l’accent sur l’importance de la carte biométrique qui permet l’identification des assurés. Avant de terminer, M. Fall a salué l’appui de la CANAM envers la presse.

Le représentant du Gouverneur a salué cette opportunité qu’offrent les autorités maliennes aux populations. Au nom du Gouverneur, M. Cheick Moulaye Baba, convaincu de la pertinence de l’AMO pour les assurés, a réaffirmé l’engagement et la détermination des autorités à accompagner cette réforme dont certains pays de la sous-région sont entrain d’emboiter le pas.

Au cours de son exposé, M. Sériba Traoré a fait une présentation sommaire de l’AMO en général et de la carte biométrique à puce en particulier. Il s’est penché sur la définition de la carte biométrique qui est l’analyse authentique d’une personne destinée à déterminer son identité de manière reconnaissante à travers certaines parties corporelles. Le contexte, les objectifs, les avantages, les modalités de l’acquisition de la carte biométrique. Aujourd’hui, a constaté le conférencier, il y a un faible taux de retrait des cartes biométriques à puce.

Auparavant, une caravane de presse  s’est rendue vendredi dans certains Centres de Santé de Référence (CSRef). Le Centre de santé de Référence (CSRef) d Kolokani, sis au 1er Quartier fut la première étape de cette Caravane de presse. Sur place, les caravaniers ont été accueillis par le Médecin Chef du Centre, Dr. Etienne Coulibaly. L’opérationnalisation de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) est effective au sein du CSRef depuis le démarrage des activités. Malgré quelques difficultés au début du à un déficit de communication, la population de Kolokani a adhéré massivement à cette initiative qu’elle salue vivement les autorités maliennes.

Cependant, le CSRef est confronté à quelques difficultés pour identifier les assurés.

Même constat au CSRef de Dièma, deuxième étape de cette caravane. Les caravaniers ont été accueillis par le Médecin du centre, Dr. Moussa Koné qui a salué la forte affluence des populations e Diéma à l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO). Aussi, il a constaté le manque de médicaments dans certaines pharmacies accréditées à l’AMO et le retard dans le paiement des prestations.. Le Dr. Koné, au nom de ses collègues, a exprimé la satisfaction du CSRef dans la mise en œuvre de l’AMO à Diéma.

Nioro du Sahel fut la dernière étape de cette caravane de presse. A l’accueil, Dr. Abdoul Aziz Touré, médecin chef adjoint dudit centre. Là, la mobilisation autour des prestations de l’AMO est forte. Seulement, quelques problèmes de justif entraine le retard dans le paiement es factures. Aussi le CSRef a eu à détecter certains de cas de fraude t avec la carte biométrique à puce, cela sera un mauvais souvenir, a déclaré le Dr. Touré Abdoul Aziz.

Y. SANGARE, Envoyé  Spécial

Le Progrès

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *