Brèves du Lundi le 17 Juin 2019

Le parti « Yelema » exprime sa « gratitude » à ses cadres démissionnaires
Dans un communiqué publié le 15 juin 2019, le président du parti « Yelema, le changement », Moussa Mara a informé   l’opinions publique nationale et internationale de la démission d’une dizaine de ses responsables et cadres. Il a non seulement exprimé, aux partants, sa reconnaissance et sa profonde gratitude ainsi que celles de l’ensemble de ses militants et sympathisants pour les moments passés ensemble, pour les services rendus au parti et leur a souhaité bon vent pour leur nouvelle destination politique.

 

Par ailleurs, le parti a réaffirmé sa fidélité à ses principes et idéaux de base dont l’observation stricte permettra sans doute de réaliser les aspirations du peuple malien.

Égypte 2019 : Produire un jeu collectif, clé de la réussite
En recevant le drapeau national des mains du Président de la république, le capitaine des Aigles du Mali, Abdoulaye Diaby et ses coéquipiers ont entendu les remarques du premier Malien. « Soyez généreux dans le jeu, faites la passe au coéquipier le plus proche des buts adverses…vous gagnerez ensemble ou vous ne gagnerez pas » a dit IBK. Ce n’est pas fortuit c’est la remarque générale des Maliens. Les talents individuels n’ont de place que dans des situations exceptionnelles. Le coach Mohamed Magassouba, pour le peu de temps qui reste notamment à l’issue des probables trois matchs amicaux contre des sélections respectables comme l’Algérie, le Cameroun…, a la lourde responsabilité de mettre en place un jeu tactique suffisant , pouvant permettre à Moussa Marega de s’exprimer pleinement. Le puissant et efficace attaquant de Porto (Portugal) est resté jusque-là quelque peu muet (moins de 4 buts en six journées). Il faut lui éviter les débauches d’enfer

Mopti : Michel Hamala Sidibé appuie la sonnette d’alarme sur le site de déplacés
Le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé, a fait savoir l’urgence d’agir afin de réaménager le site des déplacés. C’était le vendredi 14 juin dernier lors d’une rencontre avec les acteurs humanitaires et les autorités régionales au gouvernorat de Mopti, précise un communiqué sur la page Facebook du ministère de la Santé et des Affaires sociales. Sur cette même page, il est rappelé qu’une forte pluie est tombée sur cette localité le même vendredi 14 juin 2019 et qui a provoqué une inondation sur ledit site.

Deuxième édition de TDX FasoKanou : L’Afrique mise à l’honneur
Le vendredi 14 juin 2019 a eu lieu la deuxième édition du TDX FasoKanou qui signifie « Amour de la patrie » à l’hôtel de l’Amitié de Bamako. C’était en présence du ministre de la jeunesse et des sports, Arouna Modibo TOURE. Cette édition a été présidée par le Secrétaire général de la présidence, Moustapha Ben BARKA, précise-t-on dans un communiqué sur la page du ministère Actu.

Ce communiqué indique également que la création du TDX FASOKanou répond à une volonté de souligner l’importance de la contribution des jeunes maliens au développement économique et social du pays. C’est dans cette optique qu’à l’occasion de ces différentes sessions, la parole est donnée à des hommes et des femmes engagés afin de faire changer les choses dans leur pays respectif, précise le même communiqué.

Pour cette deuxième édition, les organisateurs se sont penchés sur les possibilités que l’Afrique a à offrir dans différents domaines, explique-t-on.

Rencontre entre le Premier ministre et les femmes leaders du Mali : La situation actuelle du pays aux cœurs des échanges 
Les femmes leaders du Mali ont rendu une visite de courtoisie au Premier ministre, Dr Boubou Cissé ce vendredi 14 juin à la primature. Elles étaient des leaders d’associations, d’ONG, de coopératives, des groupes armés signataires. C’était à la suite d’une invitation du Premier ministre afin de discuter des problèmes de l’heure, indique-t-on dans un communiqué sur la page Facebook du gouvernement du Mali. La question de l’incivisme, la situation des déplacés du centre à Bamako dont la majorité sont des femmes et des enfants ont été abordées au cours de cette rencontre. C’est dans ce sens que Dr Boubou Cissé s’est exprimé : « La gestion des conflits et la vie politique en générale sont dominées par les hommes dans notre pays. Il faut donner plus de responsabilités aux femmes dans le processus de gestion des conflits et de médiation. Cela se justifie non seulement par le fait numérique (elles représentent près ou plus de la moitié de la population) mais aussi par le fait que ce sont elles qui sont les victimes principales de ces conflits (80% des déplacés/réfugiés sont des femmes et des enfants) ainsi elles sont forcément un élément de la solution ».Parlant du dialogue national dont les préparatifs sont en cours, il a promis que les femmes occuperont une place de choix, précise le même communiqué qui indique qu’Aminata Dramane Traoré, altermondialiste et ancienne ministre, a déjà été désignée dans le comité d’organisation. Les femmes ont fini par dénoncer la situation au centre du pays.

Session plénière à l’Assemblée nationale sur la situation sécuritaire du pays : Les députés crachent leurs vérités aux membres du gouvernement  
La salle Aoua KEITA de l’Assemblée nationale a servi de cadre ce jeudi 13 juin 2019 à une séance plénière des parlementaires. Cette session a été l’occasion d’aborder des questions d’actualité sur la situation sécuritaire du pays à travers lesquelles les députés se sont interrogés sur l’effectivité de la loi relative à la collaboration entre les FAMA et les troupes françaises, le rôle des forces étrangères dans la gestion de cette crise, etc., de faire des délibérations sur des projets de loi et des communications.  À cette occasion, le président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé, a tenu à faire savoir : « … Notre pays continue de vivre des moments extrêmement difficiles sur le plan sécuritaire. En effet, les questions de sécurité des personnes et de leurs biens ne cessent d’occuper le devant de l’actualité nationale. Elles concernent, non seulement la persistance des actes terroristes contre les forces armées maliennes et leurs partenaires, mais aussi des agressions meurtrières contre des populations civiles, singulièrement dans les localités du centre. … À cet égard, c’est avec le cœur meurtri que nous condamnons, avec la dernière rigueur, le massacre de dizaines d’habitants du village de Sobane Da, dans la nuit du 09 au 10 juin 2019…», rapporte-t-on sur la page Facebook du gouvernement.

Il faut rappeler que cette session a été l’occasion pour certains députés comme l’honorable Moussa Diarra de la commune IV du district de Bamako de cracher les vérités aux membres du gouvernement.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *