Brèves : Droit d’agression

IBK ibrahim boubacar keita rpm

S’il est une affaire traitée avec indifférence par les hautes autorités, c’est sans doute celle dite de l’agression perpétrée contre la personne du président de la transition. Le dossier, étouffé dans l’œuf, selon toute vraisemblance, piétine et semble délibérément mis sous le boisseau en dépit des intentions déclarées de lutter contre l’impunité. Les auteurs ou instigateurs présumés de la forfaiture ne sont certes plus aussi bruyants que jadis. Mais, ils circulent librement sans être inquiétés par une certaine justice à double vitesse, dirigé par un Garde des Sceaux partisan de la concertation nationale à l’époque.

 

Isaac n’en peut plus

Souvent pris en défaut dans la conduite des débats, le président de l’Assemblée nationale a fini pas faire son mea culpa lors du vote de la motion de censure. Il a publiquement reconnu qu’il est très pénible pour lui d’en supporter le poids et de maîtriser la police. Il a fait sa confession lorsqu’un député de l’opposition l’a interpellé sur les attaques personnelles contre Soumaïla Cissé. Or, le règlement intérieur l’interdit. Issaka sidibé, pourtant prompt à remonter la bretelle à ses collègues, a expliqué que les propos des contrevenants lui ont simplement échappé.

 

Ou est donc passé Karim ?

C’est la question que nombre d’observateurs se posent à l’Assemblée nationale du Mali. Généralement très visible à faire ombrage même aux premiers responsables de l’institution, le fils d’IBK, président de la Commission défense et de sécurité de l’hémicycle a miraculeusement disparu des radars laissant libre cours aux rumeurs et commérages. On se rappelle qu’il est retourné d’un récent voyage du célèbre parlementaire dans les pays baltiques, mais, depuis, le député de la CII n’a plus donné signe de vie. Pas même aux débats de la Motion de censure essentiellement consacré à son domaine : les questions de défense et de sécurité.

 

L’ombre de Toumani Djimbé Diallo

Le secrétaire général de la présidence de la République, Toumani Djimbé Diallo est absent des couloirs de l’Assemblée nationale depuis sa nomination comme ambassadeur au Maroc. Mais on a comme l’impression qu’il y a brusquement ressurgi, tant son ombre a refait surface lors des débats sur la motion de censure. Son doigté a été en effet reconnu par nombre d’observateurs attentifs, lors de l’intervention de son épouse, Diallo Aïssata Touré, devenue députée lors des dernières législatives. A moins qu’elle ait épousé également le style de son mari.

 

Feu rouge

Des religieux mis au pas

 

Depuis leur dernier congrès, les tendances adverses du Haut conseil islamique gardent le profil bas. Pour mieux contenir la profondeur de leurs divergences, elles ont tacitement passé une sorte de gentlemen agreement. Vérification faite, la mise en garde provient du président de la République. Reçus à Koulouba après lesdites assises, les leaders de la tendance Thiam se seraient fait copieusement savonner par IBK. Ce dernier leur airait même signifié de ne pas s’attendre à la permissivité ayant caractérisé l’épopée d’ATT .

 

Feu orange : La Justice

 

Le dysfonctionnement est pour l’instant l’unique effet sensible du dernier conseil de la magistrature sur fond de règlement de compte entre le Garde des Sceaux et certains magistrats. Et pour cause. Le décret afférent aux mutations opérées se fait encore désirer à cause d’énormes lacunes constatés dans son élaboration par le département de tutelle. Certains magistrats proposés à la nomination ne sont plus vivants et d’autres de l’administration judiciaire ont été balayés sans aucune forme de courtoisie. Pis encore, certaines mesures ont été prises sur simple décision ministérielle alors qu’elles devaient l’être par décret. Quelle chienlit!

 

Feu vert

Tomi voulait pourtant s’installer au Mali

 

Le richissime homme d’affaires franco-corse –dont IBK revendique haut et fort l’amitié- est aux arrêts pour blanchiment aggravé d’argent, selon le journal français l’Express. Les épreuves judicaires s’annoncent corsée pour le Corse qui dispose d’un monopole sur les des jeux de hasard au Mali. Son implantation à Bamako est du reste si bien enracinée qu’il avait même l’intention, selon certaines confidences, de s’installer définitivement à Bamako où, il serait même propriétaire d’une somptueuse demeure dans la Cité du Niger.

 

 

SOURCE: Le Témoin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.