Billet de Roche : Cessons de désacraliser nos mamans

C’étais comme un ballon de baudruche jusqu’au jour où j’ai lu avec grand bonheur l’article de Monsieur Mohamed .S. Touré paru sous le numéro 3688 dans l’Indep (lisez L’Indépéndant SVP) du Vendredi 20 Février qui me permet aujourd’hui de vous  » dégoiser  » ce que j’ai au fond de mes tripes ; Merci cousin TOURE pour avoir qualifié de péril jeune la recrudescence de la consommation d’alcool.

femme africaine mere famille enfant

Nous avons fait trop de brouhaha, de tohu bolu, et de  » hoba-hoba  » à propos du rang supposé occupé par le Mali en matière de consommation d’alcool. Cette gesticulation tonitruante me perturbe moins par rapport au fait que notre jeunesse (pas toute heureusement) s’investit pleinement dans la désacralisation  de nos mamans. Ayons le courage, toute fausse honte et hypocrisie bues et gardées, de fréquenter ne serait-ce qu’un jour, le Bar (dolomiyoro). Vous serez stomaqués de voir vos enfants, petits enfants pas en train pas seulement de boire, mais, kabako et soubouhana, de jurer au nom de leur maman,  pis encore de proférer des insultes fémines grossières des mamans et cela pour tout simplement prouver qu’ils disent.la vérité ou qu’ils peuvent faire ceci ou cela,. oubliant qu’ils ont été mis au monde non pas par leurs jurons, ni par leur fausse fièrté achalandée dans les ruelles de notre capitale A ma naissance, j’ai tout de suite compris et su que la maman est sacrée surtout dans un pays comme le nôtre, c’est d’ailleurs pourquoi nous devrons toujours dire nos mamans et non ma maman. Qui de vous n’a pas vu sa maman élever, adorer et aduler l’enfant d’autrui plus que le sien ? Jeunes frères et sœurs, avant les acquisitions à l’école, commençons par celles de la maison, de la famille tout en sachant que ce sont nos mamans qui éduquent et que nous, nous ne faisons que vous enseigner. Je souhaiterai tout humblement que mes propos ci tenus soient une interpelation pour nous les parents, pour le gouvernement et tous les  leaders  afin que, chacun en ce qui le concerne, réagisse positivement pour corriger ces erreurs.

Mes  chères mamans du Mali et de l’Afrique, aidez-moi à aidez vos enfants  à vous connaître, à vous respecter et surtout à savoir qui vous êtes.

A toutes mes mamans, je vous dis que je vous aime et  que mon espoir ou notre espoir ne résultera que de vous. Seul Dieu  et lui seul peut vous reconnaître et vous rendre  tout ce que vous avez et faites pour nous. MERCI MES MAMANS et que Dieu vous aide à persévérer dans le réinvestissement de nos valeurs sociétales.

Mamadou Roche KEITA

 

Source: L’Indépendant
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.