Bétisier : Une désastreuse étourderie à la présidence

La calembredaine protéiforme, c’est la marque déposée de début de Transition. Comme poursuivis par le signe indien, les bledards assistent au spectacle affligeant des salamalecs du Fama sorti du confort de sa retraite, sur fond de grivoiserie d’une bande d’ignares qui torchonne l’image de marque de la première institution de l’État, quoi que de Transition. Voici votre BÊTISIER du jour.

 

Une désastreuse étourderie à la présidence

La bonne nouvelle est tombée en ce jour bénit de dimanche, après plus d’un mois d’attente tourmentée, la fumée blanche a échappé du Palais du nouveau pouvoir transitoire. Le Président de la Transition, le colonel-major à la retraite Bah N’DAW a pris le Décret N°2020-0068/P-T du 27 septembre 2020 portant nomination du Premier ministre. C’est Moctar OUANE, un diplomate chiffonné, pardon chevronné qui est ‘’nommé’’ par le Président transitoire, finalement pas ‘’désigné’’ par un collège comme la voix du Comité National pour le Salut du Peuple l’avait laissé entendre, après le mini-sommet de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tenu à Accra le 15 septembre dernier.
Au lieu d’accueillir cette nomination comme un début de délivrance, parce que gage de la levée de l’embargo décrété contre notre pays dès le 18 août, des sorciers se sont rués sur leurs claviers pour commencer à démembrer le Peulh. Allah Akbar ! Maliens là est vraiment un cas d’école koyi !

Or, il y a des djèzes plus importants, comme cette étourderie désastreuse sur la numérotation du décret de nomination. Au lieu de «Décret N°2020-0068/P-T du 27 septembre 2020» cela devrait être le «Décret N°2020-0001/P-T du 27 septembre 2020». Le Président de la Transition colonel-major Bah N’DAW serait-il un Décretman pour parapher 67 décrets entre sa prestation de serment le vendredi matin et le dimanche, soit en trois jours ? Si tel est le cas, il devait y avoir vraiment une tonne de décrets en instance qu’il fallait signer à tour de bras. Sauf qu’on a connaissance que d’un seul décret publié entre son investiture et ce dimanche 27 septembre. Trêve de supputations : les services du Président de la Transition sont coupables d’une étourderie désastreuse pour l’image de marque de la première institution de Transition, parce que le 1er décret ne saurait être le 68e décret d’un Président intronisé moins de 48 heures plus tôt. Décidément cette présidence de Transition naît sur fond de boulettes. À la cérémonie de prestation de serment, le Président et son Vice-Président se font désirer par les membres de la Cour suprême. Parce qu’il y a eu une gestion cataclysmique du timing et du tempo. Avant la prestation, le Collège de désignation du Président de Transition n’a vu que du feu, en constant sa désignation, l’amenant à en prendre simplement acte. À présent, ce sont les premiers pas dans l’administration qui se caractérisent par une bourde monumentale. Est-ce le signal de 18 mois de ganacherie ?

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *