Baisse du prix de la viande : Les bouchers honorent leur engagement

Au constat de la brusque montée du prix de la viande, le ministre du Commerce et de l’Industrie et les acteurs de la chaîne ont convenu mardi dernier, à travers un protocole d’accord, des prix de vente à Bamako et dans les localités voisines. Les bouchers, apparemment, sont en train d’honorer leur engagement.

La mise en œuvre du protocole d’accord relatif à l’application des prix consensuels de la viande de bœuf entre le ministre de Commerce et de l’Industrie et les acteurs de la chaîne de viande a pris effet hier comme prévu. Les bouchers ont honoré leur engagement en ramenant les prix du kilo de la viande de bœuf avec os à 2200 F CFA au lieu de 2500 F CFA et sans os à 2500 F CFA contre 3000 F CFA précédemment.

Sur plusieurs marchés du district, les bouchers sont en train de vendre la viande aux prix convenus : 2200 F CFA et 25 000 F CFA. Pour eux, il est une obligation de respecter sa parole donnée.

« Nous avons pris un engagement devant nos autorités. Nous sommes obligés de le respecter. C’est pourquoi on vend aujourd’hui la viande de bœuf avec os à 2200 F CFA et 2500 F CFA la viande sans os », a précisé Vieux, un boucher qui exerce au marché de Daoudabougou.

Un autre de Sabalibougou a souligné que la mise en œuvre réel de ce prix consensuel dépendra surtout du respect de l’engagement des différentes parties. « Nous avons rempli notre part de contrat. Il va falloir que les autres parties aussi honorent leur engagement afin que les prix de la viande connaissent d’autres baisses, comme souhaité par le ministre ».

Les difficultés qui avaient engendré l’augmentation des prix de la viande étaient, entre autres, liées à l’augmentation du prix de l’aliment bétail, le manque de parc de transit d’animaux à Bamako, l’augmentation de la taxe communale, les intermédiaires entre éleveurs et les bouchers et le financement de ces derniers.

Dans le protocole d’accord, le gouvernement suspend l’exportation de l’aliment bétail et s’engage à revoir les taxes et le parc de transit avec le ministère de l’Administration territoriale. Quant aux producteurs d’aliment bétail, ils se sont engagés à ne plus exporter leur production et à réduire les prix.

Y. C.

source :  L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.