Avant-projet de loi relatif aux violences sur le Genre: après son Chérif, Nioro dit non

À l’appel de l’Union des jeunes hamallistes, un grand rassemblement contre le projet de loi sur les violences basées sur le Genre s’est tenu ce jeudi matin 21 janvier aux environs de 9 heures dans la Zawiya de Cheickh Hamallah sise au quartier Tichitt de Nioro du Sahel. Ledit rassemblement a eu lieu devant toutes les confessions religieuses, les chefs de villages et les notabilités de la Cité religieuse de Nioro du Sahel. L’objectif du rassemblement était, une fois de plus, de dénoncer l’avant-projet de loi sur les Violences Basées sur le Genre (VBG) et d’exiger comme le Chérif de Nioro le limogeage du ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille Mme Bintou Founè SAMAKE.

 

Même si cet avant-projet a été retiré par le gouvernement du Mali, sur injonction des plus hautes autorités de la Transition, l’Union des jeunes hamallistes et les religieux de Nioro, toutes tendances confondues (Oumaristes, Hamalistes, Kabalistes etc.) restent vent debout contre ses initiateurs. Pour exprimer leur désaccord et apporter tout leur soutien à la position de Cheickh Bouyé HAIDARA, ils sont sortis massivement hier pour demander le limogeage pur et simple du ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille.
Hier jeudi matin à la Zawiya, tous les chefs religieux, les notables, la société civile, l’UNAFEM le HCIM, l’UMIMA, l’AMUPI et les chefs de quartiers ce sont succédés pour appeler officiellement au départ du Ministre.
Le pavé dans la mare du projet de loi
Prenant la parole le premier, le Président des jeunes hamallistes Moussa DIANI a souhaité la bienvenue à tout le monde. A sa suite, Cheick COULIBALY, le porte-parole de l’Union, remercie l’assistance tout en déclinant l’ordre du jour.
Une dizaine d’interventions ont été faites dont la plus saillante et applaudie a été celle du représentant de l’UMAMA en la personne de Baba BADIAGA. L’Imam du quartier Dianvely-counda à travers des sourates et des hadiths a décortiqué les points révoltant de l’avant-projet de loi relatif aux violences basées sur le Genre. L’Imam a rappelé que des responsables furent balayés à cause des tentatives d’appliquer les mêmes dispositions que cet avant-projet sous ATT et IBK. Il poursuit en étayant que ce projet veut :
1) la légalisation de l’homosexualité ;
2) le partage équitable de l’Héritage entre homme et femme ;
3) l’interdiction la circoncision et excision ;
4) la réduction l’âge du mariage de la jeune fille à 18 ans, etc.
Toutes choses qui sont contraires à l’Islam et nos valeurs sociétales. D’où leur mobilisation contre le projet de loi qu’ils vont, a-t-il dit, combattre jusqu’à leur dernier souffle.
La demande du Chérif de Nioro
Rappelons qu’en marge de la prière du vendredi 25 décembre 2020 le grand Chérif de Nioro avait demandé humblement mais instamment aux autorités de la transition de limoger la Ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme Bintou Founè SAMAKE si les informations sur l’avant-projet de loi sur le genre, l’âge de mariage et l’héritage de la jeune fille étaient avérées.
Le vendredi 1er janvier, tous les imams avaient été invités par le Haut conseil islamique et l’Imamat de faire des prêches contre cette loi satanique et appelé les fidèles à se mobiliser pour empêcher son adoption.
Pour désamorcer la bombe sociale, le gouvernement, à travers le ministre des Cultes, a donné la promesse au Haut conseil islamique du Mali, le jeudi après-midi 31 décembre 2020, que le projet de loi sera totalement retiré.
Le samedi 2 janvier, le Haut conseil islamique, la ligue des oulémas et l’Imamat ont convié la presse pour faire le point de la situation relative au projet sur les violences basées sur le genre.
C’est dans l’unité que la Communauté musulmane du Mali a dit prendre acte de la décision du Premier ministre Moctar OUANE et de son gouvernement de renoncer au projet. Et de les remercier.
Toutefois, au regard de l’activisme des lobbies sataniques qui tiennent toujours à nous imposer cette loi en complicité avec l’Occident, le Haut conseil islamique décide de continuer d’être vigilant et mobilisé.
Le puissant guide spirituel des hamallistes reste vent-débout contre le projet de loi portant répression des violences basées sur le Genre. Après une première sortie, voilà deux semaines, le Chérif de Nioro, Cheickh Mohamédoun Ould Cheickh Hamallah revient à la charge. En marge de son sermon du vendredi 8 janvier, il exige à nouveau le limogeage du ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme BOUARE Bintou Founè SAMAKE.
Le Grand chérif de Nioro réitère une fois de plus cette exigence auprès des autorités de transition qui par la voix du ministre des Affaires religieuses avait rapporté au Haut conseil islamique la décision du Premier ministre Moctar OUANE de retirer le projet.
Apparemment non convaincu du repli stratégique du gouvernement sur le sujet, le Chérif Bouyé de Nioro, a tenu à être très clair et sans aucune nuance sur sa requête.
Cette sortie du Chérif de Nioro fait suite à la divulgation de certaines dispositions de l’avant-projet de loi relatif aux violences basées sur le genre, notamment la légalisation de l’homosexualité, l’âge de mariage et l’héritage de la jeune fille proposé par le ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille au Haut Conseil islamique. C’était le 10 décembre lors d’un atelier de plaidoyer pour l’adoption du projet de loi relatif aux violences basées sur le Genre.
Baba Kandé Bathily
Directeur de Radio Ikafm Nioro

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *