Autonomisation des filles : A Koulikoro, 50 jeunes et femmes installées

Quelques 50 filles et jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans ont reçu, jeudi, à Koulikoro, des kits pour une valeur de près de 30 millions de Fcfa, après une formation aux métiers qui ne sont pas traditionnellement féminins, a constaté l’AMAP.

 

Ces kits sont composés de matériels de plomberie, d’électricité bâtiment, de couverture médiatique (appareils photo camera), de froid et de climatisation fournis aux bénéficiaires dans le cadre de la mise en œuvre, dans la région de Koulikoro, de la composante Apprentissage et Autonomisation économique des filles du projet Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (SWEED).

Ce sous projet a formé les bénéficiaires  en six mois à raison de 11 en couverture médiatique, 2 en froid climatisation, 15 en plomberie et 22 en électricité. Elles ont aussi effectué une année de stage pratique dans les domaines, selon Daouda Théra, président de l’ONG AFAR, chargée de la mise en œuvre du sous projet.

La directrice de la promotion de la femme de l’enfant, Bocoum Hawa Guindo, a saisi l’occasion pour décrire les conditions difficiles des femmes de Koulikoro. Selon elle, l’installation de ces jeunes filles ne pourra que soulager certaines familles. «  J’exhorte les bénéficiaires à s’armer de courage, les anciens à les encadrer et les parents à les suivre », a conseillé Hawa Guindo.

Quant au gouverneur de Koulikoro, le général Débérékoua Soara, qui a présidé la cérémonie, avec à ses côtés le coordinateur du SWEDD, Moussa Sidibé, il a encouragé les bénéficiaires à faire un bon usage des équipements reçus. « Vous pouvez d’ores et déjà compter sur notre accompagnement qui ne fera pas défaut, pour vous soutenir et vous orienter afin d’atteindre les résultats escomptés », a assuré le général Soara.

La cérémonie s’est achevée par la remise des kits aux bénéficiaires dans une ambiance festive animée par des jeunes artistes de Koulikoro.

Les filles représentent plus de la moitié de la population malienne et constituent la couche la plus vulnérable et la plus exposée aux risques de grossesses précoces, aux avortements clandestins, aux mariages des enfants et surtout à l’abandon scolaire au niveau fondamental, aux viols et aux IST/SIDA et de plus en plus à la consommation de substances nocives.

AM/MD (AMAP)

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *