Au Mali, les policiers réclament plus de moyens

Au Mali, le syndicat de la police nationale (SPN) est mécontent, et il le fait savoir. En pleine période de lutte antiterroriste, les policiers du SPN ont organisé jeudi 16 avril une conférence à la Confédération syndicale des travailleurs du Mali : ils dénoncent un manque de moyens.

L’heure est au renforcement des dispositifs de sécurité et à la multiplication des patrouilles. Le bon moment pour le syndicat de la police nationale du Mali d’exiger plus de moyens et notamment plus d’armes.

police nationale agents securite entrainement defile

« La police manque de tout matériel de travail. Il n’y avait pratiquement pas de véhicules, on nous a donné des véhicules maintenant. Mais les armes individuelles, les gilets par balle… Nous n’avons pas de gilets en quantité. Et ceux qui détiennent des armes très généralement ce sont des inspecteurs ou bien des commissaires dont les hommes de terrain ne sont pas dotés en équipement », détaille Fousseini Diakité, représentant du SPN.

Les policiers mécontents ont un argument de poids : la mort de leur confrère tué lors del’attentat de la Terrasse, à Bamako, au début du mois dernier. « Notre promotionnaire a été assassiné par manque de moyens. Parce que l’équipe, qui s’est déplacée là-bas, n’était pas dotée comme il faut. Aucun membre de l’équipe n’avait de gilet. S’il y a des pistolets mitrailleurs, il n’y en a que deux ou trois parce que le pistolet est donné à un officier qui dirige la patrouille et les autres éléments, ceux qui sont derrière n’ont pas d’arme », explique encore Fousseini Diakité.

Deux des assaillants de la Terrasse, responsables de la mort de cinq personnes, sont toujours en cavale, ainsi que leurs éventuels complices.

source : RFI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.