Appui aux enfants en situation vulnérabilité : les bonnes œuvres du CJDS

Au cours des sept premiers mois de 2015, le Comité a secouru 200 enfants scolarisables issus de familles en situation d’extrême vulnérabilité

enfant mineur orphelin manger malnutrition

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet d’appui aux enfants en situation de vulnérabilité dans les quartiers de Baco Djicoroni, de Daoudabougou et de Sabalibougou, le Comité des jeunes pour le développement de Sabalibougou (CJDS) a réalisé à travers son Centre d’écoute une série d’activités pendant la période allant de janvier à août 2015. Ces activités s’inscrivent dans le cadre des objectifs du projet intitulé « Amélioration des conditions de vie des enfants vulnérables » financé par la coopération française.

Le responsable du centre d’écoute, Souleymane Sidibé, a explique que lancé en début d’année avec 200 enfants en âge scolarisable, le projet a concerné la prise en charge vestimentaire des bénéficiaires pendant la fête du Ramadan, l’appui alimentaire aux enfants à l’occasion de la Tabaski, l’appui matériel aux femmes des quartiers concernés et la dispense de cours d’alphabétisation.

57 enfants provenant essentiellement des familles déplacées du Nord et de familles démunies ont été inscrits dans les écoles de Baco Djicoroni, de Daoudabougou et de Sabalibougou. Leurs frais de transfert, de coopérative et ainsi que leur dotation en fournitures scolaires ont été également pris en charge par le CJDS.
Le projet a également permis l’organisation des cours de rattrapage pendant les vacances à l’intention de 129 enfants de Baco Djicoroni, de Daoudabougou, de Sabalibougou et quelques enfants de Gouana. Ces quartiers ont été choisis compte tenu de l’extrême vulnérabilité de leurs populations.

Outre ces actions, Souleymane Sidibé a expliqué que depuis le 1er octobre, date de l’ouverture des classes, le Centre d’écoute communautaire de Sabalibougou a procédé à l’inscription de 55 enfants en situation difficile dont 26 garçons et 29 filles. Ces actions ont été vivement saluées par les parents des bénéficiaires. Les indicateurs montrent, selon Souleymane Sidibé, que le projet a déjà atteint ses objectifs.

A noter que le Centre d’écoute communautaire de Sabalibougou a été créé en 1994. Il a pour objectif principal de promouvoir les enfants ayant besoin des mesures spéciales de protection (EBMSP). Ceux-ci sont accueillis, écoutés et orientés vers les pôles de développement (écoles, centres de formation, ateliers d’apprentissage, entre autres). Il faut retenir que la création du Centre est survenue à la suite d’un constat fait en 1993, par l’UNICEF et la direction régionale du

Développement social du district de Bamako.

Ces deux partenaires venaient de publier un rapport sur la situation des enfants dans les quartiers périurbains de Bamako. Selon les données collectées, il y avait dans les rues du seul quartier de Sabalibougou plus de 4000 enfants oisifs, c’est-à-dire ne fréquentant ni l’école, ni les ateliers d’apprentissage de métier. Cette situation a incité le CJDS à une prise de mesures immédiates pouvant non seulement permettre d’analyser le phénomène, mais aussi de contribuer à la prise en charge de ces enfants et de prévenir ainsi l’oisiveté dans les années à venir.

A.D. SISSOKO

Source: Essor

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *