Apaisement du climat social dans le cercle de Dioïla : La culture et la citoyenneté active comme moyens d’expression…

L’Association des jeunes pour la renaissance de la culture malienne (AJRCM) a tenu, le vendredi dernier 10 janvier 2020, une conférence de presse au Mémorial Modibo Keïta. L’objet était de présenter les acquis et les recommandations du projet de ‘’Promotion de la démocratie culturelle pour en faire un moyen d’expression et d’apaisement du climat social à travers la jeunesse dans le cercle de Dioïla’’.

 

Financé par le Fonds d’appui aux moteurs de changement (FAMOC), le projet de‘’Promotion de la démocratie culturelle pour en faire un moyen d’expression et d’apaisement du climat social à travers la jeunesse dans le cercle de Dioïla’’ entend contribuer à la création d’un cadre favorisant la participation des jeunes rappeurs à l’apaisement du climat social à travers les valeurs culturelles et la participation citoyenne.

L’idée qui sous-tend le projet estqu’il ne suffit plus de prendre quelques mesures individuelles favorisant les échanges entre les élites, ni d’apprécier mutuellement entre spécialistes les richesses et les mérites des civilisations voisines mais, c’est plutôt l’ensemble de la population qui doit participer activement à la promotion culturelle.

À travers ce projet, l’AJRCM veut amener les jeunes à prendre conscience de leur rôle dans la valorisation de la culture et à l’apaisement du climat social dans leur localité, s’appuyer sur des pratiques populaires desjeunes pour promouvoir la participation citoyenne des artistes juniors à l’éveil des consciences, au respect des droits humains, à la prévention des conflits et à la consolidation de la cohésion sociale.

Selon le secrétaire général de l’Association, Ousmane Kodio, le projet qui était prévu pour une durée de six mois allant du 1er août 2019 au 31 janvier 2020 dans le cercle de Dioïla, a réalisé plusieurs activités, dont la formation de trente-quatre (34) jeunes artistes sur le concept de la démocratie culturelle et de la citoyenneté active, la rencontre intergénérationnelle et de partage d’expérience des acteurs culturels et la jeunesse sur la démocratie culturelle, la compétition artistique entre les artistes en herbe sur les thématiques de valorisation de la culture, de contrôle citoyen et de la cohésion sociale. « Aujourd’hui, il faut nécessairement créer un cadre favorisant la participation active, responsable et citoyenne de la jeunesse à la création artistique. Il ne s’agit pas de stigmatiser l’art des jeunes artistes maliens comme étant contraire à notre identité culturelle mais plutôt de les orienter vers nos valeurs sociétales en tenant compte de leurs choix et aspirations », a-t-il fait savoir.

Au terme du projet, les bénéficiaires ont fait les recommandations suivantes :l’élargissement du projet dans d’autres localités du cercle de Dioïla, la création d’un réseau de jeunes rappeurs conscients ainsi qu’un studio de production axé sur les instruments traditionnels,la mise en place des médiateurs scolaires dans les établissements du cercle de Dioïla, entres autres.

La cérémonie a enregistré la présence du représentant de l’UNESCO, Aliou N’Daou, du représentant du FAMOC, M. Kaboré, de la présidente de la Commission de lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres, Nèma Sagara. La projection vidéo des réalisations du projet et les prestations sartistiques ont été les temps- forts de la cérémonie.

B. Diarra

Source : Le Challenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *