Aminata Dramane Traoré : ‘’Accord ou pas, l’Europe chasse et chassera toujours les africains…’’

C’est du moins ce qu’a affirmé l’altermondialiste et écrivaine malienne, Aminata Dramane Traoré lors d’une conférence de presse qu’elle a animée, samedi dernier à l’espace culturelle Djenné. Objectif : partager avec les hommes de medias, les conclusions de l’édition 2016 de ‘’Migrance’’, un espace de débats, d’échanges sur les questions migratoires. Elle avait à ses cotés Nathalie M’Dela, écrivaine et activiste française et Taoufiq Ben Abdallah, membre du forum social africain.

aminata-dramane-traore-ancienne-ministre

Initié en 2006 par Foram (Forum pour un autre Mali), ‘’Migrance’’  est un espace d’échanges entre activistes et intellectuels. L’espace s’inscrit dans une approche globale. L’édition de cette année a mis l’accent sur les relations euro- africaines en matière de migration. Mais le hasard a fait qu’elle a coïncidé avec les débats sur la  crise sur l’accord de réadmission des migrants, débat qui fait rage au Mali. ‘’Migrance  2016‘’ a enregistré la participation de nombreuses personnalités politiques, de la société civile et des altermondialistes du Mali, d’Afrique et d’Europe qui ont abordé plusieurs aspects des rapports entre l’Europe et l’Afrique : rapports économiques, financiers, monétaires et migratoires, etc.
Nathalie M’Dela Mounier s’est appesanti sur la politique française de la migration laquelle, a-t-elle précisé, est orientée sur le concept de l’immigration choisie.
Quant à Taoufiq Ben Abdallah, il a abordé les rapports entre l’Europe et les organisations africaines ainsi que les accords de libres échanges entre l’Afrique et l’Europe.
C’est la responsable du Foram, Aminata Dramane Traoré qui a tenté de faire décryptage de cette nouvelle migration à laquelle le continent africain est confronté.
Au Mali, la problématique de la migration, a-t-elle expliqué, doit être située dans un contexte global pour ne pas ajouter des tensions aux tensions déjà existantes. Car, le pays est engagé sur plusieurs fronts.
La situation au nord du pays aurait dû inciter les européens à interpréter  l’immigration malienne et  nigérienne et celle d’autres pays africains dans le même sens que l’immigration syrienne et irakienne. «Nous sommes dans une situation de conflit  et ils (les Européens) veulent distinguer les migrants économiques et ceux qui partent d’ici, des refugiés de guerre qui ont droit à l’asile. Nous réfutons cette distinction entre migrants économiques et refugiés politiques. Nous disons que nous sommes tous victimes de guerre, une guerre de convoitise de nos richesses. Je lance donc un appel à la paix et à la sérénité pour l’analyse de ce dossier », a souligné Aminata Dramane Traoré.
Cet accord de réadmission n’est autre que la  suite de la politique de ‘’ l’immigration choisie’’ de l’ancien président français, Nicolas Sarkozy, et c’est la France qui a passé cette patate chaude dans la main de l’Union européenne. Mme Aminata Dramane qualifie ce jeu ‘’ d’impérialisme collectif’’.
Pour l’altermondialiste, les domaines prioritaires mentionnés dans le communiqué conjoint signé par le Mali, est une liste d’objectifs contradictoires. La preuve, ils disent qu’ils vont créer des emplois en Afrique. Le hic est qu’ils n’arrivent pas à créer des emplois en Europe et ils prétendent en créer en Afrique.
«Donc qu’on signe ou pas un accord, ils chassent nos compatriotes tous les jours et ils les chasseront toujours. Ils ne veulent pas des Africains chez eux, mais ils ont besoin de la richesse de l’Afrique et ils font tout pour qu’il n’y ait pas la paix pour justifier leur présence militaire, politique et diplomatique. Aujourd’hui, il n’y a pas un seul africain qui peut se dire souverain »,regrette Aminata Dramane Traoré.
«L’Europe préfère signer avec l’Afrique, des accords de libre échange, de circulation de capitaux, mais ne veut pas la libre circulation des Africains. La raison est simple,  l’Europe ne veut pas que les Africains aillent récupérer une partie de la richesse qui a leur été prise grâce aux accords de libres échanges. Cette question de la migration est une guerre économique, c’est ça le sens des agissements de l’Europe vis-à-vis de l’Afrique», a ajouté Taoufik Ben Abdallah, membre forum social africain.
Selon Aminata Dramane Traoré, les Européens veulent faire de ces dossiers explosifs (accords de partenariat économique, accords sur la migration et autres…) des conditionnalités aux financements. Et pour atteindre leurs objectifs, ils sont en train de diviser l’Afrique, mettre  les Africains dos à dos. La Cédéao, dit-elle, est donc interpellée à devenir la Cédéao des peuples ainsi l’Union africaine pour faire face à cette nouvelle guerre.
«C’est  donc aux Africains de s’organiser pour résister à cette menace,  de s’organiser pour  renforcer leur capacité de négociation et de proposition. Et cela passe par une formation des hommes de medias, des hommes politiques et des parlementaires ».
Taoufiq Ben Abdallah a salué la résistance du peuple malien face au complot de l’Europe. «La signature par le Mali, d’un accord sur la réadmission des migrants sera dangereux pour la sécurité, l’économie et l’avenir du pays. Signer un tel accord, c’est donner du carburant aux djihadistes »
Rappelons que les recommandations issues de ‘’Migrance 2016’’ seront portées à la connaissance des medias et des autorités politiques en guise de contribution à faire face à la crise migratoire qui fait rage au Mali.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *