Amélioration de la performance des Finances publiques : LES ACTEURS SE FORMENT EN GESTION ET BUDGÉTISATION AXÉES SUR LES RÉSULTATS

La Gestion axée sur les résultats ne pourra donner les résultats escomptés que si les acteurs institutionnels et opérationnels l’inscrivent dans une vision claire, en se dotant d’outils fiables et crédibles

L’Administration est, par excellence, le canal de transmission des politiques publiques. Mais chez nous comme dans d’autres pays africains, elle se caractérise par un personnel souvent pléthorique et peu productif. C’est pour cela qu’une gestion et une budgétisation axées sur les résultats sont devenues un impératif. Surtout pour les services financiers pointés du doigt pour leur lourdeur. C’est dans ce cadre qu’un vaste programme national de formation sur le sujet a été lancé, hier, par la Cellule d’appui à la réforme des finances publiques (CARFIP).
La première vague de cette formation concerne les gestionnaires des structures techniques du département des Finances et ceux relevant d’autres départements, institutions et services impliqués dans la chaine d’exécution de la dépense publique. La cérémonie d’ouverture, qui a eu lieu dans la salle de conférence de l’Inspection des Finances, a été présidée par Joël Togo, conseiller au ministère de l’Economie et des Finances, en présence de la coordinatrice de la CARFIP, Barry Awa Sylla.
Joël Togo a félicité la CARFIP pour cette initiative qui permettra de mieux outiller les participants et de les former aux techniques de gestion et de budgétisation axées sur les résultats.
La présente formation sera suivie de quinze autres sessions, dont deux axées sur la comptabilité générale de l’Etat ; une sur le tableau des opérations financières de l’Etat et six sur le système intégré de gestion des dépenses.
Rappelons que depuis deux décennies, les efforts de réforme se sont intensifiés en faveur de la modernisation et du renforcement de la performance des finances publiques. Mais de nombreuses lacunes restent encore à surmonter face à la qualité des prestations fournies aux citoyens.
La pléthore des effectifs, le manque de compétence et l’absence du sens de responsabilité chez de nombreux fonctionnaires sont autant de problèmes. En outre, la taille des dépenses remet en cause le mode de gouvernance. D’où la nécessité d’une véritable politique de gestion et de budgétisation axées sur les résultats.
Le plan de réforme de la gestion des Finances publiques au Mali a été adopté par le gouvernement en septembre 2016 et sa mise en œuvre a démarré en janvier 2017, a rappelé le conseiller technique au ministère de l’Economie et des Finances. La Gestion axée sur les résultats (GAR) est une approche de management des organisations tant du secteur public que privé, orientée vers la performance, l’amélioration et l’obtention de résultats.
L’un des outils opérationnels de cette approche reste le budget-programme qui fera l’objet de discussions lors de la deuxième semaine de la présente session de formation, a t-il ajouté.
Pour la coordinatrice de la CARFIP, ces formations sont surtout une réponse pour promouvoir la performance des services en charge de la gestion des finances publiques. Parce que l’une des préoccupations constantes des hautes autorités a toujours été, selon elle, l’amélioration de la qualité des prestations des services publics, d’une part, et d’autre part, l’efficacité et l’efficience de l’action publique. «La gestion et la budgétisation axées sur les résultats sont devenues indispensables pour nos administrations en quête de transparence face à des citoyens de plus en plus exigeants», a-t-elle souligné.
En effet, plusieurs secteurs de l’administration publique ont pris des initiatives pour intégrer la GAR. Mais les difficultés demeurent par rapport à la mise en œuvre des politiques et programmes, notamment le manque de liaisons pertinentes entre les objectifs, les résultats et les indicateurs. Les programmations annuelles procèdant davantage d’une stratégie de recherche de moyens que de résultats.
Pour Barry Awa Sylla, la gestion axée sur les résultats est un outil de gestion et de transformation des modes de gestion des administrations, et particulièrement des administrations publiques. Elle n’est pas une panacée et ne pourra donner les résultats escomptés que si les acteurs institutionnels et opérationnels l’inscrivent dans une vision claire, se dotent d’outils fiables et crédibles et se l’approprient effectivement, a-t-elle fait savoir.
Doussou DJIRE

Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *