Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire des Aliments (ANSA) : Le sort des consommateurs relégué au second degré

Depuis une décennie,  l’Agence nationale de la sécurité sanitaire des aliments  (ANSA) fait la fierté du peuple malien.

mangues fruits nouriture aliment

Hélas, actuellement ce n’est plus le cas, car  pour des intérêts personnels,  ce service ne s’occupe plus du sort des maliens.  Ainsi, l’on constate sur nos marchés la vente généralisée des produits périmés. Et le hic est que,  rien n’est fait pour freiner cet état de fait qui se déroule sous le nez du patron de l’ANSA et du ministre de la Santé. 

En effet,  pour améliorer les conditions de vie des populations, les autorités  de l’époque ont créé l’agence nationale de la sécurité sanitaire des aliments.

Malheureusement, pour des problèmes de compétence, de personnel qualifié, de négligence, de corruption, cette initiative est en train d’aller à vau l’eau.  Et il suffit de faire un tour sur nos  marchés  qui sont en ces temps-ci  inondés  de produits de contrefaçon. Ainsi, les consommateurs sont exposés à des risques  de maladies mortelles.

Cette situation  qui pousse les uns et les autres à vendre du n’importe quoi  sur les marchés fait  qu’il ne fait plus bon vivre au Mali, surtout dans les villes.

Par ailleurs, les consommateurs à se plaindre des conséquences de cet état de fait  ne se comptent plus. Et le pire est que, l’association des consommateurs ne fait rien pour arrêter le phénomène. Elle aussi est sous le coup de la corruption à en croire nos sources.

Selon les mêmes sources, à  l’ANSA c’est le laisser-aller, on vient au service quand on veut et on part quand on veut.

A en croire ces mêmes sources, dans ladite agence, on ferme les yeux,  si le fautif met la main à la poche. Quant au sort des maliens, ça attendra.

De sources concordances, le premier responsable de cette boîte ne roule que pour lui-même,  chose  qui fait que le personnel n’est plus motivé à  travailler.

Précisent nos sources,  certains opérateurs économiques ont transformé ce lieu à un centre des affaires louches.

En outre, les mêmes  sources nous informent  que le chef du  département de tutelle est au courant de cette affaire, mais pour des raisons politiques, il reste silencieux.

Nous y reviendrons

                                                                                                                      Yacouba Dembélé

Source: La Boussole

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.