Agence nationale de développement des biocarburants : Le nouveau directeur général, Abdoulaye Kaya, entend redynamiser la structure

Les responsables de l’Agence nationale de développement des biocarburants (ANADEB) étaient face à la presse, hier, jeudi 4 mars 2021, à leur siège sur la colline de Badalabougou (Bamako) pour non seulement présenter leurs produits, mais aussi, évoquer les problèmes que vivaient l’ANADEB et surtout mettre l’accent sur les défis pour la nouvelle direction dirigée par Abdoulaye Kaya. A travers cette rencontre avec la presse, le nouveau directeur général de l’ANADEB, Abdoulaye Kaya, entend redynamiser la structure. « On doit concentrer nos efforts sur la mission principale de l’agence qui est de développer les biocarburants. Ces jeunes cadres qui sont ici ne cherchent qu’à travailler. J’ai créé les conditions pour qu’ils puissent bien travailler. Ce qui m’intéresse, ce sont les résultats », a souligné le directeur général de l’ANADEB, Abdoulaye Kaya.

 

Outre le directeur général de l’ANADEB, Abdoulaye Kaya, plusieurs autres cadres de l’Agence ont pris part à cette rencontre dont Aboubacar Samaké, Seydou Coulibaly, Mme Traoré Rokia Diarra. Au cours de cette rencontre, le nouveau directeur général de l’Agence nationale de développement des biocarburants (ANADEB) a évoqué quelques difficultés qui régnaient au sein de la structure il y a deux ans. Parmi ces difficultés, dit-il, il y a l’insalubrité de l’environnement, la «démotivation du personnel liée aux décisions incompréhensibles et injustes de la part de la Direction. Toutes les bonnes initiatives étaient foulées aux pieds ; la connexion inaccessible depuis plus d’une année ; le téléphone coupé ; les moyens roulants non entretenus faisant de l’Agence une sorte de cimetière de véhicules, motos ; le personnel d’appui non payé depuis plus de six mois ; difficile collaboration entre la Direction et son personnel, absence de cadre de concertation ; un sentiment d’injustice de la direction vis-à-vis du personnel ; l’instauration de clan pro direction ; le climat de travail délétère entre l’ANADEB et ses partenaires ; la rétention d’informations et la non implication des cadres dans des activités phares de l’ANADEB ; les activités programmées n’étaient jamais mises en œuvre ». Face à cette situation, les autorités ont donc décidé de prendre les taureaux par les cornes en nommant un nouveau directeur général à la tête de l’Agence en la personne de Abdoulaye Kaya. Ce dernier entend donner un nouveau souffle à l’ANADEB. Il a salué le courage du ministre des Mines, de l’Energie et l’eau, Lamine Seydou Traoré, qui a écouté le cri de cœur des travailleurs, des producteurs pour qu’il puisse y avoir un changement à la tête de l’agence. Il a mis l’accent sur les défis pour la nouvelle direction de l’Agence qu’il dirige. « Nous avons trois défis majeurs vis-à-vis des populations ; la disponibilité des bioénergies ; l’accessibilité aux bioénergies ; l’acceptabilité des bioénergies en termes d’usage. Cela signifie que nous allons concentrer nos efforts sur les missions fondamentales de I’ANADEB. Pour cela, nous devons nous battre ensemble pour diminuer la forte dépendance de notre agence sur le budget national, en d’autres termes, nous avons surtout besoin de mobiliser des fonds avec l’aide des PTF (Partenaires techniques et financiers), pour financer des projets et programmes et aussi créer une ressource propre», a-t-il dit. En outre, le nouveau directeur général de l’ANADEB a l’ambition de faire de l’ANADEB, une agence où tout le personnel sera heureux de se lever tous les matins pour venir travailler, une agence de référence qui contribue de façon significative au développement du Mali. Il a comme stratégie de renforcer la cohésion sociale à l’interne, de renforcer le partenariat (producteurs, partenaires Techniques financiers) et de développer d’autres sources de financement. « On doit concentrer nos efforts sur la mission principale de l’agence qui est de développer les biocarburants. Ces jeunes cadres qui sont ici ne cherchent qu’à travailler. J’ai créé les conditions pour qu’ils puissent bien travailler. Ce qui m’intéresse, ce sont les résultats », a conclu le directeur général de l’ANADEB, Abdoulaye Kaya. Au cours de cette rencontre, il y a eu des présentations des produits de l’ANADEB, des visites guidées au sein de l’ANADEB et des témoignages du personnel sur le climat délétère qui régnait à l’ANADEB il ya deux ans.

Aguibou Sogodogo

SourceLe républicain mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.