Affaire des journalistes de maliactu : Reporter sans frontière demande la restitution du matériel de travail et l’abandon des poursuites à l’égard des journalistes

Hier lundi, l’organisation internationale de défense de la liberté de la presse a joint sa voix à celle de la Maison de la presse de Bamako pour fustiger les multiples violations des droits des trois journalistes de maliactu.net depuis leur arrestation le 21 février dernier.

« Nous dénonçons les conditions de cette arrestation qui a été menée par des hommes en civil et qui se sont présentés avec des armes et sans mandat », a déclaré Arnaud Froger de Reporter sans frontière (RSF).

Selon  le responsable du bureau Afrique de l’organisation, le maintien du journaliste Salif Diarrah sous contrôle judiciaire, l’empêche d’exercer son travail dans un contexte préélectoral où tous les journalistes seront amenés à couvrir des événements politiques, couvrir parfois des sujets sensibles.

Les trois  journalistes, libérés après des jours de détention, sont confrontés aujourd’hui à plusieurs difficultés.  Particulièrement le cas du rédacteur en chef du site (Salif Diarrah)  inquiète   les acteurs de la presse, qui  ont tirés hier au cours d’un point de presse la sonnette d’alarme  tout en appelant  à une levée des restrictions dont fait toujours l’objet le journaliste.

Rappelons que les journalistes de maliactu.net ont été arrêtés le mercredi 21 février 2018 à 11h par la force sur leur lieu de travail  par les agents de sécurités  armés en civil sans mandat  d’emmener. Tout le matériel de travail : ordinateurs, microphones, caméras, téléphones  de la rédaction, a également été emporté.

A.T. Dansoko

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *