Affaire de taxes et impôts à Yélimané : Les députés Amara Soukouna et Mamadou Hawa Gassama donnent des éclaircissements

Les populations de Yélimané se sont révoltées ces derniers temps contre le paiement de 2135 Fcfa comme Taxe de développement régional et local (Tdrl), arguant que le taux normal est de 1135 Fcfa. Elles demandent aux autorités municipales, aux députés de la localité et aux autorités administratives de la région de Kayes de justifier les 1000 Fcfa supplémentaires.

ambassadeur consulat malien paris marche manifestation diaspora yelimane dagakane

Face à cette confusion, l’honorable Amara Soukouna et Mamadou Hawa Gassama ont animé une conférence de presse le samedi 14 mai 2016 à la Maison de la presse, pour donner des éclaircissements. Ils étaient accompagnés de l’honorable Dédéou Traoré et Bandiougou Dembélé, président de l’Association des municipalités de Yélimané.
Selon le conférencier Amara Sougouna, pendant les élections législatives de 2013, certaines personnes de la diaspora ont soulevé ce problème de paiement

d’impôts en disant qu’elles auraient appris que le taux normal de la Tdrl de Yélimané est de 1135 Fcfa, au lieu de 2135. Et les 1000 Fcfa supplémentaires que les populations paient, étaient une contribution volontaire que les responsables de l’ex-parti unique, Udpm, ont instaurée pour la construction du siège du parti et l’achat de véhicules.

C’est ainsi que, à en croire le conférencier, la diaspora estime que la population doit cesser de payer cette contribution volontaire de 1000 Fcfa, car les objectifs qui ont justifié sa mise en place ont été atteints. C’est pourquoi la question avait été posée aux candidats aux élections législatives afin qu’ils prennent l’engagement de supprimer cette contribution volontaire, une fois élus.

L’honorable député Amara Sougouna a expliqué qu’une rencontre a été organisée entre les élus, les autorités locales, les chefs de villages et les notabilités de Yélimané pour débattre de la question, lors de leur restitution de 2015. Mais auparavant, selon lui, il se trouvait que l’Association Yélimané Dagakané avait sillonné toutes les communes en incitant la population à la désobéissance civile, en lui demandant de refuser de payer les impôts tant que leur revendication de diminution des 1000 Fcfa n’aura pas été satisfaite. C’est ainsi que, dit-il, ils se sont adressés au ministère de l’Administration territoriale afin d’être édifiés.

Le conférencier a fait savoir que le gouvernement a élaboré le Code général des impôts, dans lequel figure la Tdrl pour les 49 cercles du Mali et le District de Bamako. «Concernant Yélimané, la somme des différentes taxes a donné le montant de 2135 Fcfa et c’est ce montant qui est appliqué dans les 12 communes du cercle de Yélimané.

Depuis 20 ans, c’est le même montant qui est payé par la population», a-t-il déclaré. Et d’ajouter que c’est lorsque cette information a été donnée par le ministère de l’Administration territoriale qu’ils ont appelé le président de l’Association Yélimané Dagakané en lui demandant de venir avec une délégation à Bamako afin de rencontrer le ministre. Toute chose à laquelle l’Association n’a pas donné suite.

Selon Amara Sougouna, le lendemain, l’Association a organisé  une marche non autorisée à Yélimané, en incitant la population à refuser de payer les impôts. C’est après cette manifestation qu’il y a eu les premières arrestations, dont celle du président de l’Association, Sadio Niakaté. Depuis, à l’en croire, l’affaire a été politisée par certains partis politiques de la majorité qui ont un problème existentiel à Yélimané.

Diango COULIBALY

Source: Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *