Affaire de la démolition des 309 concessions de Kalabambougou : Les fautifs à la barre, demain mardi

mohamed aly bathily ministre justice garde seaux droit homme

Dans l’affaire de la démolition des 309 concessions couvrant 24 hectares de Kalabambougou, les fautifs, arrêtés le mardi 05 août 2014, seront à la barre demain mardi 02 Septembre 2014 devant le tribunal de la Commune IV du district de Bamako. Pour rappel, cette affaire opposait l’Union Malienne Raoul Follereau (Umrf) aux sieurs Lassine Camara et Chakaba Kéita de Kalabambougou. L’Umrf, à la suite d’une procédure judiciaire, a finalement obtenu l’expulsion des sieurs Lassine Camara et Chakaba Kéita de leurs concessions à Kalabambougou et la démolition de celles-ci.

Dans l’exécution de cette décision d’expulsion, 309 concessions ont été démolies suivant un odre de mission de démolition signé par le secrétaire général des syndicats du Centre National d’Appui à la Maladie (Cnam), M. Sidiki Djiré. Selon les constats, ces 24 hectares ont été démolis en violation flagrante des textes en vigueur dans notre pays.

Pour s’enquérir de la véracité de la situation, le Ministre de la Justice, des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Me Mohamed Bathily, accompagné du procureur de la Commune IV du district de Bamako, ainsi que d’autres personnalités s’est rendu sur le terrain, le mardi 05 août dernier, avec tous les documents en main. Sur place, n’ayant pas pu se défendre par rapport aux faits de démolition illégale qui lui sont reprochés, le clerc de Me Alou Kéita a été arrêté et mis à la disposition de la justice. Il convient également de préciser que le cabinet d’huissier de son père, Me Alou Keita au nom et pour le compte de qui il a agit ainsi, est jusqu’à présent suspendu.

Après, le clerc de Me Kéita, le secrétaire général des syndicats du Cnam, M. Sidiki Djiré, ainsi que d’autres complices ont également été arrêtés et mis à la disposition du tribunal de la Commune IV du district de Bamako. Les accusés seront à la barre demain mardi 02 septembre 2014.

Tougouna A. TRAORÉ

SOURCE: Nouvel Horizon

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.