8 Mars à Kayes : L’USAID PROMEUT LA SCOLARISATION DES FILLES

Le Projet de leadership et d’autonomisation des filles à travers l’éducation a été officiellement lancé pour renforcer les capacités des filles de 10 à 18 ans qui sont exposées aux dangers liés au changement de mentalité

Lors de la célébration de la journée du 8 mars à Kayes, la question de la scolarisation des filles a retenu l’attention du public. La résolution de cette équation est devenue une préoccupation majeure pour le gouvernement et les partenaires techniques et financiers. Comme l’attestent les différents discours et les sketches qui ont marqué le 8 mars, une journée dédiée à l’émancipation de la femme. Cette année, la commémoration de la journée de la femme a suscité de l’espoir dans la région de Kayes, avec l’annonce de bourses pour booster la scolarisation des filles dans certains cercles.
Il faut rappeler que la crise politique et sécuritaire de 2012 a occasionné l’occupation des écoles par les mouvements armés dans la partie septentrionale du Mali. De nos jours, d’autres groupes armés continuent d’asphyxier certaines écoles du centre de notre pays. A ces problèmes, s’ajoutent l’insuffisance d’infrastructures éducatives et des effectifs pléthoriques dans les salles de classes occasionnant une augmentation des cas de violences contre les filles.
Pour faire face à cette situation, le Projet de leadership et d’autonomisation des filles à travers l’éducation (GLEE) veut renforcer les capacités de 34.928 filles de 10 à 18 ans répartis entre 272 écoles. Financé par l’Agence américaine de développement international (USAID), le projet a une durée de 3 ans, qui peut être prolongée de deux années, dans le but d’atteindre 63.168 filles de la tranche d’âge visée.
Les activités de ce projet ont démarré à Kayes en 2018. Amadou Traoré, directeur du Programme éducation de l’USAID, a expliqué que l’esprit des filles, dont l’âge oscille entre 10 et 18 ans, est hanté par un changement de mentalité pouvant affecter leur vie. La cérémonie de lancement officiel du projet dans la région de Kayes, qui a été couplée à celle du 8 mars, était placée sous la présidence du gouverneur, le contrôleur général de police Mahamadou Zoumana Sidibé. Le projet GLEE interviendra dans la région de Kayes, les Centres d’animation pédagogique (CAP) de Kéniéba et Kayes (Rives droite et gauche) et dans la région de Mopti, les CAP de Bankass, Sangha, Bandiagara et Douentza.
Selon Amadou Traoré, le projet est évalué à 15 millions de dollars. En cas d’extension le montant atteindra au moins 23 millions de dollars. L’objet global de ce projet est d’accroître l’accès des adolescentes à une éducation de qualité et à de bonnes pratiques d’hygiène, de santé de la reproduction et de planification familiale.
Aboubacar Coulibaly, directeur adjoint USAID-GLEE «Girls Leadership and Empowerment through Education», a expliqué que ce projet vise à lever les obstacles à la scolarisation des filles, d’atténuer les souffrances des parents de ces enfants et de sécuriser les écoles. «Cette catégorie d’âge d’enfants souffre beaucoup. C’est pourquoi, elles sont ciblées par le projet. Il y aura 9 mois de formation (stratégie accélérée) pour les enfants qui seront ensuite orientés dans les écoles fondamentales publiques. On va donner 10 dollars au comité de gestion pour les frais de scolarité de chaque fille. On va aussi organiser une compétition pour stimuler la scolarisation des filles dans nos zones d’intervention», a-t-il annoncé.
Le gouverneur Mahamadou Zoumana Sidibé, qui effectuait sa première sortie publique dans la Cité des rails, s’est réjoui de ce projet qui va sponsoriser environ 10.000 filles dans sa région.
L’occasion était donc bonne pour le directeur régional de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Donzèye Diarra, de rappeler que la prise en compte de la loi 052 du 18 décembre 2015 (loi sur le genre) a permis à la région d’avoir 465 femmes conseillères, d’où la présence des femmes dans certains bureaux communaux.
A la fin de la cérémonie, l’USAID a remis un chèque géant d’une valeur de 160 millions Fcfa au gouverneur pour la scolarisation des filles.
Bandé Moussa
SISSOKO
AMAP-Kayes

 

Source: Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *