2ème session du Cadre harmonisé d’analyse et d’identification des populations en insécurité alimentaire : Des couches de vulnérabilité dans plusieurs régions, malgré la hausse de la production

Passer en revue les résultats d’enquêtes des experts du Système d’Alerte Précoce (SAP) et ceux de l’Enquête Agricole de Conjoncture, afin de les discuter et de les analyser, pour en tirer le meilleur parti au profit des populations maliennes.

Qunu village natal Nelson Mandela herbes folles

Voilà les objectifs de la 2ème session, pour l’année 2016, du Cadre harmonisé d’analyse et d’identification des populations en insécurité alimentaire, au titre de l’évaluation définitive de la situation alimentaire pour la campagne 2015/2016.

Outil consensuel et fédérateur de l’ensemble des méthodologies d’analyse de la vulnérabilité du pays, la session du Cadre harmonisé d’analyse et d’identification des populations en insécurité alimentaire est principalement alimentée par les informations les plus récentes, issues des différentes évaluations et enquêtes menées dans le domaine de la sécurité alimentaire.

Au fil des années, il est devenu l’outil d’aide à la décision pour le Gouvernement et ses partenaires. Pour le ministre Commissaire à la Sécurité Alimentaire, afin d’affirmer davantage l’importance et la pérennité de cet outil dans cette prise de décision, un Comité national d’analyse a été créé, en vue de piloter le processus, depuis la phase de collecte des données jusqu’à la phase d’analyse.

Pour sa part, Jean Pierre Rénéson, représentant des partenaires techniques et financiers, a souligné qu’il était impératif de mettre l’accent, au cours de ces travaux, sur les zones déficitaires de production. Le représentant des PTF s’est réjoui du succès de la dernière campagne agricole, qui a enregistré une hausse de 27% sur la moyenne des 5 dernières années. Avant de féliciter le Commissariat à la sécurité alimentaire pour les efforts et les engagements financiers consentis pour la réalisation de certains de ses objectifs.

Signalons que les travaux de cette session se sont tenus le lundi 14 mars 2016 à l’hôtel Mandé. Ils ont regroupé l’ensemble des acteurs de la sécurité alimentaire au Mali. Au terme des travaux, qui vont durer une semaine durant, les participants feront des propositions de réponses, concomitamment avec des actions de sortie de crise. Ils devront aussi, dans leurs propositions, privilégier des actions de résilience plus durables en faveur des populations les plus vulnérables.

Yaya Samaké

Les régions de Sikasso et Ségou nourrissent le Mali
L’évaluation de la campagne agricole 2015 / 2016 donne une estimation provisoire de la production céréalière de 8 045 669 tonnes, composées essentiellement de riz et de maïs.
L’analyse des disparités régionales montre que la production est concentrée entre les régions de Sikasso, pour 30%, et de Ségou, pour 27%. C’est dire que ces deux régions totalisent à elles seules près de 60% de notre production céréalière.

Y. Samaké

Source: 22 Septembre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *