2ème Journée malienne de leadership et d’engagement commun Construire une compréhension commune des priorités de réformes avec les acteurs de la défense

Après la tenue de la 1ère Journée malienne de Leadership en 27 juin dernier, le Cercle de réflexion et d’information pour la consolidation de la démocratie (CRI 2002)  et son partenaire Transparency international Défense et sécurité (TIDS) ont organisé, hier jeudi 24 octobre, à l’EMP, la 2ème Journée de leadership et d’engagements commun.  L’objectif est de  » construire une compréhension commune des priorités de réformes avec les acteurs de la défense malienne « .

 

Le Projet UDF-16-696-MLI dédié à la gouvernance du secteur de la défense au Mali et qui vise à  » renforcer l’engagement des citoyens, à travers les organisations de la société civile, avec les institutions de défense pour promouvoir l’intégrité, la transparence et la redevabilité dans le secteur de la défense « , amorce l’opérationnalisation de ses dernières activités qui porte respectivement  sur  la tenue de cette  seconde Journée de leadership; l’élaboration d’un agenda commun de lutte contre la corruption  et le lancement du rapport sur l’analyse de l’intégrité des mécanismes de gouvernance du secteur de la défense au Mali à travers une conférence de presse qui a aussi eu lieu hier après-midi.

Ces différentes activités, a rappelé le président de CRI 2002, Dr Abdoulaye Sall, ont eu lieu avec la tenue du «  Dialogue National Inclusif (DNI)  » qui constitue  » l’un des grands chantiers« .

La gouvernance qui est au cœur du projet ci-dessus cité est aussi l’un des axes majeurs du DNI. Qui dans les termes de référence validés stipule qu’elle  » reste marquée par la persistance et même l’aggravation des phénomènes de corruption, de laxisme, de prédation, de népotisme et d’impunité qui limitent la portée des efforts de développement, détériorent la qualité des services publics de base et expliquent dans une large mesure leur inexistence, notamment dans les régions du Nordet du Centre en proie à l’insécurité « . Etque  » la mauvaise gouvernance accentue, par ailleurs, la dépendance financière de l’Etat et crée la méfiance et la défiance entre gouvernants et gouvernés « .

Ce qui est en droite ligne avec le projet la gouvernance du secteur de la défense au Mali qui en 17 mois d’activités (juin 2018 à octobre 2019), a permis, non seulement, d’explorer des pistes novatrices pour créer les conditions du sursaut national sur la gouvernance du secteur de la défense en vue de son amélioration, assurer un avenir dans la paix, la stabilité, la solidarité et la cohésion.

Aux dires de Abdoulaye Sall, le projet a permis la mise en place d’un Forum des Organisations de la Société Civile Défense Sécurité (FOSC-DS), la mise en place d’un plan d’action et d’indice  d’évaluation.

Quant  au Conseil spécial de TIDS, le Général Patrice Nopens, la corruption et les conflits font de paires, ils réduisent l’efficacité de forces armées. Il pense que la première étape doit être d’identifier et d’éliminer les risques de corruption. La présence de TIDS est d’apporter son expertise afin d’aider la société civile malienne et les forces de sécurité à un dialogue productif.

Au nom du ministre de la Défense et des anciens combattants, le colonel Ichaka Goïta dira que la gouvernance occupe une place importante dans leur gestion. Il a espéré que cette journée aboutisse à des résultats exploitations pour les forces armées.

Au-delà de son objectif initial, cette 2ème Journée malienne de Leadership vise à sensibiliser au moins quinze  représentants (civils et militaires) du secteur de la défense sur les risques de corruption en termes de gestion du personnel et de systèmes d’approvisionnement du secteur de la défense.

YC

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *