2ème Edition du Salon des Jeunes Entrepreneurs de l’espace UEMOA : « L’Etat ne saurait rester le seul pourvoyeur d’emplois » dixit Drissa Coulibaly, président du SAJE-UEMOA.

Le Salon des Jeunes Entrepreneurs de l’espace UEMOA (SAJE) a ouvert ses portes, le mercredi 7 mai dernier au Centre international de conférence de Bamako. La problématique du financement de l’entreprenariat jeune est au centre des débats.

 uemoa logo effigie embleme cedeao

Ce salon est un tremplin pour la promotion de l’entreprenariat des jeunes. Mieux, c’est un espace qui permet aux jeunes entrepreneurs venus de divers horizons d’échanger, de créer des opportunités d’affaires et de partenariat.

Le thème choisi pour cette 2ème édition est : la problématique du financement de l’entreprenariat jeune.

«  L’Etat ne saurait rester le seul pourvoyeur d’emploi » a indiqué Drissa Coulibaly, président du SAJE-UEMOA.

A l’en croire, le SAJE-UEMOA est un espace de rencontre et d’échanges pour les jeunes talents du Mali, du Bénin, du Sénégal, du Burkina Faso, du Togo, de la Côte- d’Ivoire, du Niger. Initié par l’Agence de communication, IMAGE GROUP et la Chambre d’Industrie et de Commerce du Mali (CCIM), le SAJE-UEMOA a pour objectif de proposer des solutions concrètes aux problèmes liés au financement et à l’accompagnement de l’entrepreneuriat jeune.

Histoire, pour les organisateurs de contribuer à la lutte contre le chômage des jeunes. Selon Drissa Coulibaly, le SAJE-UEMOA a pour ambition entre autres d’éveiller et de promouvoir les jeunes talents porteurs de projets par le truchement des échanges et conseils pratiques en matière de formation, de création et gestion d’entreprise. Mais aussi, de former et informer les jeunes diplômés sur les stages et recrutements et les stratégies de l’auto-emploi.

En plus de l’exposition, promotion-vente, les participants prendront part à des conférence- thématiques, des ateliers d’échanges sur des thèmes tels que: la problématique de l’entrepreneuriat jeune, comment élaborer un business plan,  comment constituer son capital de départ, comment convaincre son banquier entre autres. Mais aussi, le développement des capacités managériales et des rencontres B to B. Aux dires du président du Salon Drissa Coulibaly, un concours sera organisé entre les participants sur le thème « Business Plan ». Le prix CCIM du meilleur projet jeune d’une valeur de 2 millions de FCFA sera décerné au gagnant, qui en plus de ce prix bénéficiera d’un financement de 10 millions de FCFA accordés par un microcrédit dans des conditions plus avantageuses.

Quant au ministre de la promotion de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Mahamane Baby, il a salué l’initiative tout en affirmant qu’elle cadre, parfaitement, avec la politique de lutte contre le chômage du gouvernement.

Et le représentant de l’UEMOA au Mali, Hadibou Soumaré, d’ajouter que son institution accorde une grande importance  aux questions de l’emploi des jeunes et de l’entrepreneuriat jeune. Selon lui, une jeunesse épanouie est gage de sûreté.

L’événement a pris fin par la visite des stands par les officiels après l’ouverture officielle du Salon par le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle.

                                                              Lassina NIANGALY

 

SOURCE: Tjikan
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *