2e Congrès de la jeunesse musulmane du Mali: sous le signe de lutte contre le radicalisme religieux

Le ministre des Affaires religieuses et du culte, Thierno Amadou Omar Hass DIALLO, a présidé, samedi dernier, l’ouverture des travaux du 2e congrès ordinaire des jeunes musulmans du Mali(UJMA) au CICB. L’événement était couplé au troisième forum national de la jeunesse musulmane sur le thème : « L’islam au Mali : défis et perspectives ».

Mohamed Macky BAH president UJMA

L’ouverture des travaux a enregistré la présence d’éminentes personnalités composée d’hommes politiques, de diplomates, de leaders de jeunesses, de leaders religieux, des honorables députés, des notabilités de Bamako, etc. On y notait également la présence du chérif Ousmane Madani HAÏDARA, président d’honneur de l’UJMA ; Thierno Hadi THIAM, groupement des leaders spirituels du Mali ; l’imam Kokè KALE, de la Grande mosquée de Bamako ; Mohamed Salia TOURE, président du CNJ ; le Dr Bocary TRETA, secrétaire du RPM ; Yacouba KATILE, secrétaire général de l’UNTM ; du représentant la jeunesse chrétienne du Mali, Jean Victor KOUROUMA ; du représentant du président de la République, Check Oumar SACKO, etc.
À l’ordre du jour des travaux de ce dernier congrès : la relecture des statuts et règlements de l’organisation ; le bilan des activités réalisées par le bureau sortant, le renouvèlement du mandat du bureau.
Parmi les messages affichés dans la salle de 1000 places pour la circonstance, on pouvait lire, entre autres : « Non au radicalisme, non à l’extrémisme, oui à un islam tolérant, pacifique et authentique » ; « L’islam au Mali est un islam pacifique, de respect des droits de l’homme » ; « UJMA=Instruction=travail=avenir » ; « L’insertion socioprofessionnelle des arabophones, un facteur de stabilité et de justice sociale », etc.
Compte tenu du contexte sécuritaire de notre pays marqué par la montée en puissance des forces obscurantistes et terroristes, l’UJMA a abordé, dans le cadre de ce 3e forum, plusieurs sujets pertinents, notamment : la lutte contre le radicalisme, la bonne organisation des prêches sur les ondes et la bonne gestion des lieux de culte et l’UJMA, etc. Dans le cadre des travaux de ce 3e forum, il a été aussi question du rôle et de la place de la femme dans l’islam. Aujourd’hui, il s’agit de déterminer les contours des lesquels doit se tenir le discours religieux. L’objectif recherché est l’unité et la cohésion entre les musulmans dans un contexte de paix et de réconciliation.
Selon le président de la commission d’organisation, le Dr Hamza MAÏGA, le forum a regroupé les jeunes musulmans des 10 régions du Mali. Avec 75 associations lors du 1er forum des associations des jeunes musulmans en 2007, l’UJMA est aujourd’hui une fédération qui enregistre en son sein plus de 124 associations et mouvements.
Le représentant la jeunesse chrétienne du Mali, Jean Victor KOUROUMA, a souligné que l’invitation envoyée par l’UJMA à la jeunesse chrétienne est signe de communion. Au-delà de toute appartenance confessionnelle, c’est le Mali qui nous unit, a-t-il dit.
Le président du CNJ-Mali, Mohamed Salia TOURE, a souligné que le thème central du 3e forum est une volonté de la jeunesse musulmane de lutter contre radicalisme religieux et l’extrémisme violent, sont contraires aux valeurs authentiques de l’islam.
À l’entame de ses propos, le président de l’UJMA, Mohamed Macky BAH, a tenu à saluer tous ceux qui ont fait le déplacement. Il a aussi tenu à préciser que les assises du forum avaient connus plusieurs reports à cause de la crise sécuritaire que notre pays traverse, depuis 2012.
De passage, il a salué le président IBK pour la création du ministère des Affaires religieuses et du culte. De l’avis de son président, la stabilité du pays demeure le souci principal de la jeunesse musulmane. Aujourd’hui, l’UJMA est résolument engagée dans le combat pour la restauration des valeurs authentiques de l’islam.
De son côté, l’imam Thierno Hadis THIAM a souligné que la question qu’il faut se poser est de savoir : qu’elle jeunesse avons-nous besoins aujourd’hui pour lutter contre le terrorisme ? Il est clair a-t-il souligné que le Mali compte sur sa jeunesse dans le cadre de la lutte contre le radicalisme religieux.
Le guide spirituel de l’Association Ançar-Dine internationale, le chérif Ousmane Madani HAÏDARA, président d’honneur de l’UJMA, a tenu à encourager les jeunes pour leur engagement à promouvoir un islam de paix et de tolérance.
Il a dénoncé la convoitise du pouvoir politique par les leaders religieux. Selon lui, nul ne doit se servir de ses fonctions religieuses pour prétendre à un poste politique. Toutefois, a-t-il reconnu, le musulman est un citoyen à part entière et dans ce cas, a le devoir d’obéir aux règles et lois de son pays. Il peut aussi soutenir un candidat, de son choix, sans vouloir se faire élire à ce poste. Il a rappelé que dans le bon vieux temps, les leaders religieux jouaient une très grande fonction dans la paix, la stabilité et la cohésion sociale, en raison de leur droiture et de leur neutralité dans les conflits. Mais force est de constater, selon lui, que ce n’est plus le cas aujourd’hui en raison de l’immixtion des leaders religieux dans le champ politique. C’est pourquoi il a invité les jeunes à la vigilance pour ne pas se laisser manipuler par les leaders politiques qui ont des ambitions politiques.
De son côté, le ministre des Affaires religieuses et du culte, Thierno Amadou Omar Hass DIALLO, a fait savoir que nous faisions face aujourd’hui à plusieurs menaces liées à la religion, qui du reste tirent leurs sources, essentiellement, dans l’ignorance. C’est pourquoi il a invité les jeunes à chercher à mieux connaitre leur religion pour éviter de tomber dans l’endoctrinement des radicaux.
Pour le ministre, le concept de la laïcité est un vieux débat, car aujourd’hui, il est de plus en plus question d’inviter les religieux à s’impliquer dans le développement du pays, et surtout dans les questions de sécurité.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *