18ème Session du Conseil d’administration de l’Agence Nationale de la sécurité routière (ANASER) : LE PLAN D’ACTION 2019 AU PEIGNE FIN

L’ANASER a tenu la 18eme session de son conseil d’administration à son siège. C’était jeudi dernier et la cérémonie était présidée par le général de division SOULEYMANE Yacouba Sidibé président, en présence des administrateur .

Il était question, à l’ordre du jour, de:l’adoption du procès-verbal de la 17ème session ordinaire du Conseil d’administration; l’examen de l’état de la structure, de la mise en œuvre des recommandations de la session du dernier Conseil d’administration, l’examen du rapport d’activités de l’année 2018 à la date du 31 décembre; l’examen de l’état d’exécution du budget 2018 à la date du 31 décembre; l’examen du rapport d’activités du premier semestre 2019, l’examen de la situation d’exécution du budget de l’année 2019 à la date du 30 juin 2019. Une proposition de réaménagement de crédits, l’examen et l’adoption du projet, l’accord d’établissement; l’examen et l’approbation du projet Triennal de formation 2020-2022.

Les activités proposées en 2019 et qui ont connu un début d’exécution, ont trait aux campagnes d’information et de sensibilisation sur le port du casque de protection, à la consommation de l’alcool ou des stupéfiants au volant, à la vitesse excessive. Bref, le renforcement de la sécurité des moyens intermédiaires de transport, la réalisation des campagnes de proximité et la multiplication des contrôles routiers inopinés.

A ces activités s’ajoutent celles envisagées en 2018 qui n’ont pas pu être réalisées. Le budget de l’ANASER arrêté en recettes et dépenses s’élève à la somme de 1678 523 547 F CFA, a annoncé le premier responsable. Il n’a point oublié de rappeler que la sécurité routière est un enjeu majeur de santé publique et de protection des personnes. Les accidents de la route ne sont pas une fatalité. Selon lui, plusieurs peuvent être évités. Mais on peut encore mieux faire. Monsieur SIDIBE d’ajouter que c’est à cela que lui et ses collègues sont résolus car la vie humaine n’a pas de prix.

Les recommandations étaient soumises à l’appréciation des administrateurs afin que l’ANASER puisse valablement accomplir la mission qui est la sienne de réduction sensible des accidents de la route et leurs conséquences sur le développement socio-économique et culturel de notre pays.

Daouda Siaka BALLO

EchosMédias

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *