Un an de pandémie Un virus, deux mondes

La pandémie de COVID-19 a exacerbé les inégalités sur la planète. Les plus riches ont pu s’enrichir. Les plus pauvres se sont enfoncés dans la misère. Une situation qui met en péril des décennies de progrès.

Les plus vulnérables écopent

Femmes et filles, en particulier, se trouvent au cœur du vortex

À 19 ans, Cecilia savait ce qu’elle voulait : poursuivre ses études en physiothérapie pour pouvoir gagner sa vie et améliorer le sort de sa famille.

Mais c’était avant que la COVID-19 ne déferle sur son pays, le Pérou, l’obligeant à chambouler ses plans.

Cecilia est issue d’une famille plus que modeste, qui a déménagé souvent parce qu’elle n’arrivait pas à payer son loyer. Ces dernières années, la situation familiale s’était améliorée, assez pour permettre de payer les études de Cecilia.

Puis, la pandémie a replongé la famille dans la pauvreté. Les revenus que les parents de la jeune Péruvienne tiraient de leurs commerces respectifs – son père est cordonnier, sa mère vend des légumes au marché – ont chuté abruptement à mesure que la contagion s’accélérait. Même la nourriture commençait à manquer.

Atteinte de diabète, la mère de Cecilia avait peur de contracter le coronavirus en se présentant à son échoppe. À la demande de ses parents, Cecilia a donc interrompu son stage dans une clinique de physiothérapie pour aider à subvenir aux besoins de sa famille.

Elle reprendra peut-être le fil de sa formation après la pandémie. Mais c’est loin d’être certain. … suite de l’article sur Autre presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.