Traitement de la plaie du diabète : Des ennuis pour l’achat des perfusions hors contrôle AMO

Le traitement de la plaie du diabète au Centre de lutte contre la maladie, sis au Quartier du Fleuve, en Commune III Du District de Bamako, nécessite forcement l’achat des perfusions. En revanche, il se trouve que celles-ci deviennent de plus en plus chères pour les patients non inscrits à l’AMO. Le Gouvernement, à travers le Département de la Santé et de l’Hygiène Publique, est vivement interpelé. C’est, du moins, ce que retient-on d’un cri du cœur d’u groupe de patients qui menacent d’entreprendre des mesures si rien n’est envisagé en leur faveur par les autorités compétentes.

Il n’est un secret pour personne que le traitement du diabète avec plaies entraîne d’ennuis et de souffrance sur le patient et pour ses proches. Et, pour preuve, le coût demeure très élevé du traitement à long terme.

Parlant du cas de la plaie du diabète à part de complications de la maladie, elle peut se guérir. Mais, c’est au prix des traitements coûteux en temps et surtout en argent. On en dénombre des années durant. Et Dieu seul sait le nombre de patients du diabète souffrant de plaie actuellement dans notre pays. Bizarre, voilà une plaie extrêmement grave qui à défaut d’un traitement diligent et adéquat renvoie à des amputations des membres du corps voire la chute finale du patient. Selon les médecins spécialistes dans le domaine des traitements du diabète, la plaie du patient peut se guérir définitivement, mais à condition de se soumettre aux obligations suivantes : «être à temps dans le traitement  dès le départ; se soumettre à des analyses d’urines, du sang et de la puce de la plaie dans un laboratoire d’analyses. Les résultats de ces différentes analyses aboutissent à des prescriptions de perfusions intraveineuses dont le temps d’usage par patient dépend des semaines durant ».

Une patiente, pour sa première expérience dans le traitement de plaie, l’a vécu à ses dépens quand le montant de ses perfusions était chiffré à 150.000FCFA pour une durée de traitement d’une semaine. Éventuellement, il se peut que ce montant soit revu à la hausse voire jusqu’à 350 000FCFA dans d’autres cas sans la moindre intervention de l’AMO. À cela, s’ajoutent d’autres dépenses comme frais des pansements quotidiens de la plaie à un tarif de 1000 FCFA/patient et accessoires.

À cet effet, c’est pour ces raisons qu’un cri du codeur   vient d’être lancé à l’adresse des autorités de la plus haute pyramide sanitaire nationale afin qu’elles daignent prendre des mesures susceptibles de donner un ouf de soulagement côté patient à leurs concitoyens malades du diabète et pourquoi pas en essayant d’intégrer le précieux sésame de perfusion dans l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO).

Mohamed BELLEM

LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *