SANTE : Kénéya Jemu Kan prend fin au Mali

Après 5 ans de sensibilisation par voie de médias de masse et sociaux sur la santé maternelle et de reproduction, le projet Kénéya Jemu Kan a pris fin la semaine dernière. La cérémonie de clôture a eu lieu à Bamako en présence des partenaires américains, le gouvernement et les coordinateurs du projet.

Financé à hauteur de 3,220 milliards de franc CFA par l’Agence américaine de développement (USAID) à travers le Centre des programmes de communication de l’université Johns Hoptkins, le projet bilatéral, Keneya Jemu visait à susciter des améliorations durables par l’utilisation accrue des services de santé à haut impact et l’adoption de comportements en vue d’une meilleure santé.

Le projet Keneya Jemu kan est parti du constat que la santé de la reproduction, la santé maternelle néonatale et infantile demeurent encore une préoccupation majeure au Mali. A en croire les coordinateurs du projet, le Mali enregistre encore de forts taux de mortalité et infantiles avec une prévalence contraceptive en baisse de 16 %. Le projet a visé l’améliorer de l’état de santé des Maliens à travers la promotion des comportements favorables à une meilleure santé, l’accès aux produits de marketing social et le renforcement de capacité des partenaires du gouvernement et de la société civile pour le changement du comportement.

A la clôture, le directeur de l’USAID, Scott Dobbertienn, de l’ambassade des Etats Unis au Mali, a expliqué que Kénéya Jemu Kan a été novateur en terme de technologies. « Il a utilisé la communication interpersonnelle, les médias de masse et les réseaux sociaux pour arriver à des changements sociaux et de comportements durables au sein des ménages et des communautés« , a-t-il dit, avant d’être soutenu par le représentant de l’université Johns Hopking.

Au terme de la cérémonie, des attestions de reconnaissance ont été décernées à plusieurs acteurs. Les récipiendaires ont témoigné leur satisfaction.

Koureichy Cissé

30minutes
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *