Planification familiale : Un plaidoyer autour du projet RAPID Women

Dans le cadre du plaidoyer auprès des plus hautes autorités  afin qu’elles  s’impliquent dans la promotion et l’utilisation de RAPID Women ainsi que la planification familiale, une session  de plaidoyer a regroupé les acteurs et les décideurs clés.

La session a été organisée par la direction régionale de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille du District de Bamako (DRPFEF-DB), et le projet Health Policy Plus(HP+) de l’USAID, en collaboration avec le groupe de travail mis en place par le ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille et ses partenaires. C’était le mardi 22 mai 2018 au Gouvernorat du District de Bamako.

Le Mali connaît une croissance démographique rapide. Au cours des vingt dernières années, la population a doublé. L’insuffisance des services sanitaires vitaux contribue aux forts taux de mortalité maternelle et infantile, confrontant les populations à des menaces continues de maladies infectieuses dont le paludisme et le VIH.

Ainsi, pour faire progresser les priorités des politiques de santé dans les domaines de la planification familiale et de la santé de la reproduction, le VIH et la santé maternelle, aux niveaux mondial, national et local, le projet HP+, financé par l’USAID, a mis en place le modèle RAPID Women. Le modèle RAPID Women est un modèle qui génère des projections des impacts socio-économiques résultant du changement dans la population dans divers secteurs tels que l’éducation, l’économie, la santé, l’urbanisation et l’agriculture. Il montre le lien entre la planification familiale et les stratégies axées sur les femmes pour le développement national et global.

Le modèle RAPID Women a été lancé au Mali, le 6 avril 2018, par Mme Traoré Oumou Touré, ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille. C’est pour disséminer l’outil RAPID Women auprès des acteurs clés du Mali pour des fins de plaidoyers, afin que les autorités s’impliquent dans la promotion et l’utilisation de RAPID Women ainsi que la planification familiale. Cette session entre dans le cadre de la campagne nationale de promotion de la planification familiale, lancée le 15 mai 2018 par la Première Dame.

Pour Mme Togola Rokia Sissoko, représentante du projet HP+, la planification familiale et les interventions centrées sur les femmes et filles ont un impact certain sur le développement, d’où l’importance du modèle RAPID Women.  Elle a aussi réaffirmé leur engagement aux côtés du Mali à travers la mise en place de politiques qui contribueront à un bien-être social.

La directrice régionale de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme Kanouté Awa Doumbia, a insisté sur l’importance de la dissémination du modèle RAPID Women.  «La dissémination de cet outil auprès des autres acteurs clés du district de Bamako permettra d’atteindre l’objectif principal, qui est d’informer les décideurs sur l’importance de la planification familiale, les conséquences sur le genre, l’investissement dans les femmes et les filles, aussi d’accroître l’implication des autorités administratives, coutumières et religieuses dans l’utilisation de RAPID Women», a-t-elle déclé.

Marc Dara, représentant du gouverneur du district de Bamako, s’est dit convaincu que le modèle RAPID Women contribuera à l’épanouissement et au bien-être de la femme et de la fille dans notre pays. Il a aussi remercié le projet HP+ pour toutes ses actions de développement entreprises au Mali, avant de rassurer sur l’engagement des plus hautes autorités pour l’atteinte des objectifs.

Y. Doumbia

Le Débat

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *