PHARMACIE POPULAIRE DU MALI (PPM) : Les travailleurs réclament la tenue du Conseil d’Administration sur le bilan de l’exercice 2017

Des mois après l’expiration du délai normal, le Président Directeur Général (PDG) de la Pharmacie Populaire du Mali (PPM), Dr Moussa Sanogo, ne veut toujours pas organiser la session du conseil d’administration sur le bilan de l’exercice 2017. Soucieux de l’avenir et respectueux des textes de la société, les travailleurs de la PPM ont, à travers un sit-in tenu hier lundi 8 octobre 2018, réclamé la tenue de ce Conseil d’Administration pour voir l’évolution des choses.

Mauvaise gestion, prise de décisions abusives, nomination mafieuse et complaisante…sont les principaux griefs formulés par le comité syndical de la Pharmacie Populaire du Mali à l’encontre de leur PDG, Dr Moussa Sanogo.

Il est facile de chanter sur tous les toits que tout est rose, mais le prouver est plus que difficile, rappellent-ils, en faisant comprendre que le Dr Moussa Sanogo, qui ne reproche rien à sa gestion de la Pharmacie Populaire du Mali, a quand même peur d’organiser le Conseil d’Administration sur son bilan de 2017. Alors que cette session du Conseil est très attendue par les travailleurs pour pouvoir constater les avancées et les failles afin de se donner de nouvelles directives pour la satisfaction des Maliens, défendent-ils.

« Nous, les travailleurs de la Pharmacie Populaire du Mali, demandons la tenue du Conseil d’Administration sur le bilan de l’exercice 2017. Il nous faut faire cela et dans le plus bref délai », a déclaré le secrétaire général du comité syndical de la PPM, M. Amadou Sangaré. Le délai de la tenue dudit du Conseil d’Administration est, selon lui, largement dépassé. Le PDG de la PPM a, pour les travailleurs, violé l’article 140 de l’OHADA relatif aux droits des sociétés et des groupements d’intérêts économiques qui stipule : « Dans les sociétés anonymes, les sociétés par actions simplifiées et, le cas échéant, dans les sociétés à responsabilité limitée, les états financiers de synthèse annuels et le rapport de gestion sont adressés aux commissaires aux comptes, quarante-cinq (45) jours au moins avant la date de l’assemblée générale ordinaire.

Ces documents sont présentés à l’assemblée générale de la société statuant sur les états financiers de synthèse qui doit obligatoirement se tenir dans les six (6) mois de la clôture de l’exercice ».

En effet, à en croire les syndicalistes, le Conseil d’Administration qui doit statuer sur le bilan de l’exercice 2017 devait se tenir au mois de juin. Mais le PDG ne l’a pas fait. « Après juin, il était dit que le CA allait se tenir en août, mais là aussi, le PDG n’a pas voulu l’organiser », se plaint M. Amadou Sangaré, avant de se poser la question : « Comment pourrons-nous être édifiés si on ne tient pas ce Conseil d’Administration ? C’est le Conseil d’Administration qui pourrait édifier les travailler sur le bilan de l’exercice 2017. Donc, nous demandons la tenue de ce Conseil d’Administration ».

Le refus du PDG Moussa Sanogo s’explique par sa peur d’être humilié

Pour ces travailleurs, le refus de Dr Moussa Sanogo d’organiser ce Conseil d’Administration sur le bilan de l’exercice 2017 traduit toute son inquiétude de rendre publique sa mauvaise gestion. « Depuis son arrivée, la société est confrontée à plusieurs problèmes dont la mauvaise gestion, des nominations complaisantes, des dépenses inutiles… », déplore le secrétaire général du comité syndical, avant de préciser que la tenue du Conseil d’Administration sur le bilan de l’exercice 2017 permettra aux Maliens de savoir que Dr Moussa Sanogo est une menace pour le développement de la Pharmacie Populaire du Mali, soutiennent-ils. « Ce Conseil d’Administration, il doit l’organiser, puisque c’est une obligation et nous demandons à toutes les autorités compétentes de nous accompagner », a conclu M. Sangaré.

Boureima Guindo

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *