Médicaments contrefaits : Interpol saisit plus de 400 tonnes en Afrique de l’Ouest

Dans le cadre d’une vaste opération de police internationale, plus de 420 tonnes de produits médicaux de contrebande en Afrique de l’Ouest ont été saisies. Les résultats de cette opération menée par Interpol entre le 15 mai et le 17 juin ont été rendus publics ce vendredi.

médicament comprime antibiotiques gelule

Ce vaste coup de filet, mené entre le 15 mai et le 17 juin, coordonné par Interpol, a mobilisé quelque 1.150 agents de police, de douanes et d’agences de réglementation des produits de santé de sept pays: le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Togo.
Selon le directeur exécutif des services de police d’Interpol, Tim Morris, l’objectif de cette opération dénommée « Heera » est de protéger le public de produits pouvant être dangereux pour la santé et aussi de démanteler des réseaux clandestins qui sont souvent liés à d’autres formes de crimes graves.
Selon lui ,plus de 150 personnes ont été arrêtées ou placées sous surveillance à l’issue des descentes policières qui ont visé des marchés, des magasins, des pharmacies, des entrepôts, des véhicules et des fabriques clandestines.

Dans le cadre de cette opération, plus de 41 millions de cachets et 13.000 cartons de produits médicaux et pharmaceutiques de contrebande ont été saisis.Ses produits ont une valeur marchande d’environ 21,8 millions de dollars, soit 12, 177 milliards F CFA.
Aussi une centaine de tonnes de médicaments de contrebande ont été également découvertes cachées dans des camions transportant des fruits au Bénin. Selon Interpol, ses véhicules provenant de la Guinée devaient approvisionner les pays de la région.
Pour le Lieutenant colonel Adama Tounkara, directeur de l’Office central de lutte contre les stupéfiants au Mali, cette action d’Interpol ne fait que confirmer les inquiétudes sur la propagation de produits médicaux contrefaits et l’existence des réseaux clandestins qu’il faut démanteler. Selon lui, des initiatives sont prises pour renforcer l’arsenal juridique des États africains contre la circulation des produits médicaux dangereux pour la santé :

Les consommateurs maliens se réjouissent de la nouvelle. Ils estiment cependant que la lutte contre le fléau doit être bien coordonnée dans une approche sous régionale ou régionale. Pour Mme Coulibaly Salimata Diarra, présidente de l’association des consommateurs du Mali (Ascoma), aucun État pris individuellement ne peut faire face à la contrebande des médicaments :

 

Source: studiotamani

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *