Lutte contre le paludisme et les maladies tropicales négligées : LE MALI ET BURKINA FASO FONT CAUSE COMMUNE

Appuyer le Mali et le Burkina Faso dans la planification et la mise en œuvre efficace  des stratégies de lutte contre le paludisme et les maladies tropicales négligées au niveau transfrontalier, tel était l’objectif principal d’une rencontre transfrontalière qui a regroupé  les 1er et 2 juillet à Sikasso, les responsables de l’organisation ouest-africaine de santé (OOAS), les coordinateurs des programmes nationaux de lutte contre le paludisme des deux pays et les responsables de la santé de part et d’autre de la frontière commune.

Lutte contre paludisme  maladies tropicales negligee sahel

Initiée par l’Organisation ouest-africaine de santé, cette rencontre transfrontalière visait à renforcer les capacités des deux pays en vue des préparatifs des campagnes de traitement de masse contre les maladies tropicales négligées et de chimio prévention du paludisme saisonnier.

En effet, dans le cadre de ses interventions prioritaires de développement et de promotion d’une prospérité partagée, la Banque mondiale en collaboration avec la CEDEAO a décidé d’investir dans le secteur de la santé, à travers la mise en œuvre du projet Paludisme et Maladies tropicales négligées au Sahel, couvrant le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Ce projet comporte des interventions nationales et une dimension sous-régionale dont la coordination est assurée par l’OOAS.

Le représentant du directeur général de l’OOAS,  Sani Ali a  rappelé que l’espace de la CEDEAO se caractérise par le fardeau que constituent le paludisme et les maladies tropicales négligées ainsi que l’émergence des maladies infectieuses humaines. C’est ainsi que le présent projet, selon lui,  qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique 2016-2020 de l’OOAS et du plan régional de lutte contre le paludisme dans les trois pays a été créé.

Pour lui, la présente réunion transfrontalière permettra de renforcer les stratégies de lutte contre le paludisme et les MTN dans les zones frontalières où la prévalence et la transmission des maladies sont les plus élevées et l’accès aux services de santé le plus bas.
Le  gouverneur de la Région de Sikasso, Bougouzanga Coulibaly s’est réjoui de l’organisation de cette rencontre transfrontalière dans la capitale du Kénédougou. Selon lui, elle permettra de planifier conjointement les activités pour définir ensemble les stratégies et les moyens indispensables en vue de la couverture intégrale de chaque zone de part et d’autre de la bande frontalière.

Il a remercié les responsables de la santé des deux pays  et l’Organisation ouest-africaine de la santé pour avoir initié cette rencontre qui contribuera sans doute à la réussite de la campagne synchronisée de traitement de masse des maladies tropicales et la chimio prévention du paludisme saisonnier dans les districts sanitaires transfrontaliers des deux pays.

Au cours des travaux, la situation épidémiologique du paludisme et des maladies tropicales négligées dans les régions et districts sanitaires frontaliers des deux pays a été largement exposée. De même que la cartographie des zones transfrontalières et le consensus sur les stratégies-actions en vue d’une couverture efficace des zones transfrontalières lors des campagnes synchronisées de traitement de masse du paludisme.

F. D

Source : L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *