Lutte contre la drépanocytose : LA JCI A L’AVANT-GARDE DU COMBAT

La drépanocytose a été déclarée urgence mondiale par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Selon les statistiques de l’organisation onusienne, elle reste même la première maladie génétique à l’échelle planétaire. Notre pays, concerné par ce sombre tableau épidémiologique de la maladie, enregistre annuellement 5000 à 6000 naissances drépanocytaires. Ces chiffres attestent de l’urgence d’accomplir des efforts de prévention et de prise en charge pour circonscrire la pathologie. La Jeune chambre internationale (JCI) Bamako Elite, porte ce combat.

ministere sante lutte contre drepanocytose

Elle a organisé, le week-end dernier à l’hôtel Radisson Blu, en partenariat avec Orabank (un établissement bancaire) et l’Association malienne de lutte contre la drépanocytose (AMLUD), une conférence de presse sur le thème : « l’ombre : la drépanocytose ». La conférence était animée par le Dr Baba Fané, un spécialiste de la question. Les autres conférenciers étaient le président de la JCI Bko Elite, Bassala Haidara, la représentante de Orabank, Mme Touré Lala Kounta, la directrice du Projet destiné à la lutte contre la drépanocytose, Fatimata Mariko, du président national de la JCI, Abdoulaye Yaro et du secrétaire général de l’AMLUD, Mme Traoré Fanta Coulibaly. Dans un exposé liminaire, le conférencier principal a donné la définition de la drépanocytose avant de rappeler que la maladie génétique a été découverte aux Etats-Unis en 1910. Le Dr Baba Fané a également expliqué à l’assistance, les manifestations cliniques de la drépanocytose. A ce propos, il a souligné que les personnes atteintes de la maladie présentent un tableau d’anémie chronique, d’infections, de douleur, entre autres. « Je suis très honorée de l’organisation de cette conférence sur la drépanocytose et le don de sang pour les drépanocytaires, initiés par la JCI Bko Elite. Et chaque année, la JCI Bamako Elite et Bamako Espoir organisent des activités du genre. La conférence offre l’occasion de faire connaître la drépanocytose au grand public. Cette maladie génétique sévit dans 156 pays », a expliqué Mme Traoré Fanta Coulibaly. Par ailleurs, la secrétaire générale de l’AMULD a aussi rappelé que la drépanocytose est la maladie génétique la plus répandue dans le monde. Elle a été déclarée en 2005, priorité de santé publique dans le monde par l’Union africaine (UA), l’OMS et l’Organisation des Nations unies (ONU) et d’autres organisations du fait de sa prévalence et de son impact sanitaire, social et économique. Dans la croisade contre la drépanocytose, l’AMLUD envisage de mettre en place un fichier des donneurs de sang afin de sauver des vies a précisé, cette conférencière. A cet effet, il convient de préciser que le don de sang est essentiel dans la prise en charge correcte des malades drépanocytaires. Ceux-ci sont, le plus souvent, en nécessité de transfusion sanguine. Il faut donc renforcer la mobilisation générale autour de ce geste qui sauve. Pour Mme Touré Lala Kounta, la lutte contre la drépanocytose doit être soutenue. Elle a assuré JCI et AMLUD du soutien de son établissement bancaire pour soulager les couches défavorisées. En outre, elle a souhaité qu’un compte soit ouvert au niveau de sa banque pour les drépanocytaires. Quant au président de la JCI Bko Elite, il a d’abord prêché par l’exemple, en donnant son sang aux techniciens du Centre national de transfusion sanguine (CNTS). Selon lui, il répétait ce geste noble pour la quatrième fois et n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Cet autre conférencier de la journée a déclaré que tous les jeunes de la JCI sont engagés à donner leur sang pour lutter contre la drépanocytose. Il a notamment souligné que son organisation avait initié des dons de médicaments, en faveur des malades drépanocytaires à Samé. Le Dr Diawara Lecky du CNTS a aussi donné son avis dans les débats avant de préciser que son établissement avait collecté 25 poches de sang au cours de la conférence.

A.TOURE

Source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *