Les breves : Banamba : Les agents de santé communautaire réclament leur salaire

Les agents de santé communautaire du district Sanitaire de Banamba accusent 6 mois de retard de salaire. L’information a été donnée le 13 novembre dernier, lors d’une rencontre. Ils demandent aux autorités communales la régularisation rapide de leur situation. Les agents, avertissent que s’ils ne sont pas payés dans un bref délai, ils cesseront de travailler.

Influer la migration sur la culture et inversement

C’est l’institut français du Mali en partenariat avec la plateforme franco-allemande qui tient cette belle initiative, du 17 au 25 novembre 2017 à Bamako – Kayes – Sikasso à travers des  Journées dénommées “ À la croisée des chemins ”. Véritable temps fort culturel «À la Croisée des Chemins» met en lumière l’apport des migrations à la culture et aux pratiques artistiques.

Ce projet s’attache à exposer la contribution des migrations aux cultures maliennes, françaises et allemandes ainsi que le processus d’intégration, à travers la culture, des migrants maliens en Europe et des migrants de la sous-région au Mali. Pour illustrer les thématiques, une  conférence s’est déroulée le mardi 14 novembre 2017 au siège de l’institut en présence des co-conférenciers dont Benjamin Reiner, 1er secrétaire de l’ambassade d’Allemagne et de Françoise Goviti, directrice du SCAC.

Durant 10 jours, les trois villes célèbrent le métissage des cultures à travers un riche programme de manifestations culturelles et artistiques : conférence, tables rondes, projection, pièce de théâtre, spectacle jeune public, défilés de mode et concerts. «À la Croisée des Chemins» se déroule à Bamako, mais aussi Kayes et Sikasso. Haut du formulaire

Bas du formulaire

Paix et sécurité dans la bande sahélo-sahélienne: Les jeunes du G5-Sahel prêts à jouer leur partition

Pour la sécurisation de cette zone située au Sud du Sahara, les jeunes réunis au sein d’un réseau, se sont rencontrés à Bamako dans le cadre d’un atelier régional sur le thème : « Dialogue inter et intra religieux dans la lutte contre l’extrémisme religieux et la radicalisation des jeunes ». Cette rencontre a permis d’élaborer un plan d’action en guise de contribution des jeunes dans la gestion dans ladite zone.

Cet engagement des jeunes résulte du  fait que la propagation de l’extrémisme violent constitue une réelle menace à la vie de ceux-ci et conduit à une militarisation ou les jeunes se trouvent souvent dans une situation ambivalente. Les jeunes bâtisseurs de la paix sont aussi pris entre l’étau de la montée de l’extrémisme violent au sein de leurs communautés et les contraintes que leur imposent les politiques anti-terroristes qui limitent leur accès au financement  et aux ressources.

TOMBOUCTOU : Les femmes victimes de la crise attendent

Des violations des droits de l’Homme, les plus graves, ont été commises sur la population dans plusieurs localités du Nord du pays. A Tombouctou, les femmes victimes de la crise se sont constituées, de façon spontanée en association et en réseau pour une synergie d’action commune. Elles veulent actuellement obtenir réparation. Dénonçant  leur non prise en charge celles-ci  invitent les  plus hautes autorités à mener des actions concrètes pour leur rendre justice. La Commission vérité, justice et réconciliation qu’a été créée pour la circonstance, dit comprendre limpatience des victimes.

Face à l’insécurité et aux  accidents sur la route de Kabala : Les étudiants expriment leur  ras-le-bol

C’est par un  sit-in organisé le jeudi dernier devant le ministère des Transports en face de la bibliothèque nationale que les étudiants ont fait savoir leur mécontentement contre l’insécurité grandissante et les nombreux accidents qui occasionnent souvent  la mort de certains de leur collègues.

Selon Ibrahim Samaké dit « IBl » un responsable du comité AEEM objet de ce  sit-in est de montrer à l’opinion nationale et internationale que les étudiants du Mali souffrent des insécurités routières et des braquages sur la colline du Point G et sur la route de l’Université de Kabala.

“Nous avons décidé de montrer à l’opinion que nous ne voulons plus que nos camarades étudiants et professeurs meurent sur les routes de Kabala. Parce que depuis l’ouverture des classes, il y a plusieurs cas d’accidents avec 4 morts dont 3 étudiants et un professeur sur la route de Kabala » a-t-il  martelé.

Coupe du Mali : Pourquoi  la finale n’a pas eu lieu   

Annoncée à coup de renfort médiatique pour le samedi  18 novembre 2017, la finale de la coupe du Mali,  n’a finalement pas  eu  lieu. Et pour cause: Le clan Bavieux,  par le truchement du secrétaire général de la femafoot, s’est mis au centre de l’organisation de cette finale au détriment du Camp Salaha Baby. De plus, le ministère en charge des Sports n’a été associé ni de près ni de loin à cette organisation.

Le clan Bavieux a mis à profit ses relations dans l’entourage d’IBK pour concocter un programme avec le protocole de la République,  en ignorant superbement, encore une fois de plus, le ministère des Sports. Cerise sur le gâteau : le Djoliba AC, l’un de deux clubs finalistes, a donc décidé de ne pas participé à cette mascarade planifiée par le clan Bavieux. De son côté, le Président de la République n’a pas apprécié ce montage grossier. Résultat : la finale n’a pas eu  lieu, donc reportée sin di.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *