Fonction publique : Les médecins aussi tiennent à leur statut particulier

Le statut particulier est la principale doléance du cahier de charges 2018 du Syndicat des médecins du Mali. En assemblée générale, le samedi, il s’est dit disposé au dialogue pour une issue favorable à sa demande.

Réunis en assemblée générale le 17 février, il s’agissait, pour les syndicalistes, de présenter le bilan de l’année écoulée mais aussi le cahier de charges de la nouvelle année et définir les actions à mener pour son application. La principale revendication de ce nouveau cahier de charges est l’adoption d’un statut particulier pour les médecins.

“Le statut que nous voulons a beaucoup de composantes. Nous souhaitons la création d’un Conseil supérieur des médecins, l’amélioration conséquente des motivations, l’appui de nos confrères du secteur privé, etc.”, a détaillé Dr. Chaka Kéita, secrétaire général du Syndicat des médecins du Mali.

Selon lui, la demande pour le statut particulier des médecins a été soumise aux autorités depuis le 12 juillet 2017.

“Ça nous fait mathématiquement huit mois en attente d’une réponse de l’Etat. Nous pensions que la grève de 38 jours et les innombrables grèves dans divers secteurs avaient servi de signe d’alerte pour qu’on puisse répondre assez rapidement à cette revendication malheureusement ce n’est pas le cas et nous attendons toujours”, a regretté Dr. Keita.

Malgré l’impatience des adhérents, le syndicat, selon son secrétaire général, privilégie le dialogue pour avoir gain de cause. Mais n’écarte pas de grèves si l’Etat reste encore longtemps dans l’indifférence face à leur revendication.

Présent à la cérémonie d’ouverture, le représentant du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, rappelant les efforts du gouvernement pour l’amélioration du plateau technique, a assuré les médecins d’une analyse minutieuse de leur revendication en vue de la prendre en compte.

“Par rapport à l’amélioration des conditions de travail, le statut particulier sera annexé dans le document de réforme du secteur de la santé en cours. Ensemble avec vos représentants dans la Commission de la réforme et le Conseil national de l’ordre des médecins, nous allons en discuter”, a promis, Dr. Adama Baradjan Diakité, conseiller technique au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique.

Le président du Conseil national de l’ordre des médecins, Dr. Lassana Fofana, a assuré les syndicalistes de l’accompagnement de sa structure dans leur combat.

Maliki Diallo

Source: L’indicateur du Rénouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *