Epidémie d’Ebola : NOTRE PAYS NE BAISSE PAS LA GARDE

Une épidémie de maladie à virus Ebola sévit actuellement en République Démocratique du Congo (RDC), en Afrique centrale. Mais si nos pays ne sont pas frontaliers, nous partageons le même continent et puis la maladie ne connaît pas de frontière. Fort de cette réalité, le département de la Santé et de l’Hygiène publique n’entend pas se laisser surprendre et multiplie donc les initiatives et actions de prévention à travers informations et sensibilisation, mais aussi des mesures de protection contre tous les risques.

C’est dans cette optique que le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr Samba Ousmane Sow (qui est vraiment dans son élément en matière de lutte contre Ebola) et ses collaborateurs ont tenu, mercredi dernier au Centre national d’appui à la lutte contre la maladie (CNAM), une réunion d’urgence pour circonscrire les risques de ré contamination de notre pays. Il s’agit aussi d’anticiper sur les choses, mais surtout de prendre les dispositions nécessaires pour organiser une éventuelle riposte contre ce redoutable virus.
La réunion a permis de faire une analyse de la situation, assortie de mesures préventives. Il s’agit donc du renforcement de la surveillance épidémiologique au niveau des frontières terrestres, aériennes, mais aussi à l’entrée des établissements de santé. En outre, le renforcement des capacités de riposte des agents de santé, l’application de mesures d’hygiène individuelle et collective, notamment le lavage des mains et d’autres bonnes pratiques d’hygiène ont été aussi préconisés.
Dans un communiqué lu par le Pr Samba Sow, le département invite les populations à garder la sérénité et à appliquer les mesures préventives édictées en la matière. Il rappelle que notre pays a été déclaré libéré d’Ebola depuis le 18 janvier 2015, grâce à l’engagement des autorités, y compris le chef de l’Etat, de l’ensemble des populations et des partenaires.
Le ministre Sow rassure la population sur les mesures. Toutes les dispositions seront prises pour maintenir notre pays indemne de toutes épidémies. Déjà tous les responsables des départements sont informés, le renforcement est fait à tous les niveaux, plus particulièrement, au niveau des cordons sanitaires. L’évaluation des intrants et ressources humaines ainsi que la mise à jour du plan de riposte sont aussi des mesures accomplies.
Cependant, le ministre en charge de la Santé se veut réaliste. Il y a eu des efforts, mais juguler le virus d’Ebola, une fois qu’il s’installe dans un pays, n’est pas une petite affaire. Pour lui, le premier et seul remède pour vaincre la maladie, c’est de ne pas attendre. A ce propos, il affirme que notre pays est déjà en alerte.
Par ailleurs, le ministre reconnait que ce n’est pas facile, mais qu’ensemble on peut vaincre, surtout en mettant en œuvre toutes les actions et un plan d’urgence de santé publique. Il a recommandé aux acteurs de la santé de mettre en pratique ce qui est écrit, c’est-à-dire les procédures qui existent dans le plan d’urgence.
Et Samba Ousmane Sow d’appeler au respect strict de certaines mesures de prévention. Puisque se serrer les mains ou se faire des accolades peuvent constituer un facteur de risque, il est conseillé par les spécialistes d’éviter, autant que possible, ces pratiques.
Fatoumata NAPHO

 

Source: Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *