Doléances des syndicats de la santé : Le gouvernement toujours pas respectueux de ses engagements

La Plateforme des Syndicats de la Santé du Mali (PLA.S.S.MA) était face à la presse ce mardi 6 novembre 2018 au siège de la Confédération Syndicale des travailleurs du Mali. Pour les organisateurs, l’objectif de cette rencontre était d’informer l’opinion nationale et internationale sur l’état d’avancement du protocole d’accord signé entre le gouvernement et les syndicats de la santé.C’était en présence du secrétaire général du SY.ME.MA, M. Chaka Keita  et du secrétaire général du FESYSAM, Dr. Sebou Cissé.

« S’il y’aura problème dans le secteur de la santé dans les jours à venir, qu’on ne dise pas que le syndicat n’a pas tenté d’éviter le chao », tels sont les mots du secrétaire général du SY.ME.MA, M. ChakaKeita, membre de la PLA.S.S.MA. En effet, selon M. Keita, le protocole d’accord, signé entre le gouvernement et les syndicats de la santé suite au préavis de grève déposé fin juillet 2018, souffre dans son application. Ce protocole d’accord, signé les 24 et 25 juillet dernier, lit-on dans la lettre circulaire N°009/2018/PLA.S.S.MA, contenait des revendications suivantes : mise en place d’une commission de relecture du décret no 099-346/ P-RM du 03 novembre 1999 portant statut particulier des agents de la santé dans un délai de deux mois ; la  redynamisation de la commission de plaidoyer qui était prévu le 1er Octobre dernier ; l’intégration des contractuels (148)  des hôpitaux a la fonction publique de l’Etat. A entendre le secrétaire général du SY.ME.MA, aucun point de cet accord n’a été respecté par le gouvernement, excepté, précise  -t-il, la commission concernant la création d’une passerelle.

Dans le but d’apaiser le climat et d’éviter à notre pays une autre crise dans la santé quecelle des 38 jours de grève illimitée de l’an dernier avec ses corollaires de morts, la PL.S.S.MA dit avoir rappelé par correspondance, les autorités, des membres de la société civile et des leaders religieux sur l’étatd’application dudit accord. Aux dires des conférenciers, toutes ces correspondances sont restées sans suites. A cet effet, la PLA.S.S.MA a prévenu qu’elle ne serait pas responsable des conséquences que cela va causer dans  le secteur de la santé.

Boubacar Kanouté

Figaro mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *