CRISE SOCIO POLITIQUE : LE CICR ET LA CRM APPELLENT AU RESPECT DES BLESSES ET DU PERSONNEL DE SANTE

Suite au climat social tendu du Mali, entrainant par la même occasion des conséquences humanitaires graves à travers le pays, le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge du Mali (CRM) invitent les autorités maliennes au respect des blessés et du personnel de la santé.

 

Ainsi, le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge du Mali (CRM), à travers un communiqué, indiquent

« avoir suivi avec attention le climat des tensions qui règne à Bamako ainsi que les conséquences humanitaires qu’il entraîne pour la population ». Toutefois, signale le communiqué, « le CICR et la CRM lancent un appel à tous pour que les éventuels blessés, le personnel de santé, les ambulances et les autres moyens de transport de blessés soient respectés.

 Nous sommes très inquiets des conséquences des troubles observés dans la ville de Bamako depuis quelques semaines. Nous rappelons que toute personne blessée ou malade a droit aux soins de santé, qu’elle fasse partie de la population ou des forces de l’ordre », a déclaré Klaus Spreyermann, chef de la délégation du CICR au Mali.

Le Secrétaire général de la Croix-Rouge Malienne (CRM) a pour sa part, rappelé que

« les secouristes de la CRM, le personnel soignant, les ambulances et les structures médicales doivent être respectés ». Pour lui, « Ils ne doivent pas être la cible de tout acte de violence ou de vandalisme, tel que le stipule la Loi N°09_018 du 26 juin 2009 portant sur l’utilisation et la protection de l’emblème et du nom de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge ».

Aussi, ajoute le secrétaire général de la Croix-Rouge Mali, « le CICR est en discussions avec la Protection civile et la CRM afin de leur apporter le soutien nécessaire pour la stabilisation d’éventuels blessés et leur évacuation vers les structures de santé pour une meilleure prise en charge ».

Il exhorte enfin les autorités maliennes à « prendre tous les dispositifs nécessaires afin que les droits des blessés et des personnels de la Santé puissent être préservés pour le bonheur de tous les Maliens ».

Abdoul Karim SANOGO

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *