Contrôle de la qualité des médicaments au Mali : les acteurs élaborent un plan stratégique de performance dans les missions d’autorité de réglementation pharmaceutique

L’organisation mondiale de la santé (OMS) en collaboration avec le Laboratoire nationale de la santé (LNS) a  organisé du 12 au 13 juin, un séminaire d’élaboration d’un plan stratégique de performance dans les missions d’autorité de réglementation pharmaceutique. Des missions  réparties entre le Laboratoire nationale de la santé, la Direction de la pharmacie et du médicament et l’Inspection de la Santé.

 Benoît Yaranga Doucoure Directeur general Laboratoire national sante conference

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Directeur général du Laboratoire national de la santé, Pr. Benoît Yaranga Doucouré, en présence  de Dr. Minkila Djibrila Maïga, conseiller chargé de la politique pharmaceutique et des médicaments essentiels à l’OMS.

Outre l’élaboration d’un plan stratégique  de performance dans les missions de réglementation pharmaceutique, ce séminaire vise à instituer un cadre de collaboration entre les structures impliquées dans les missions de l’autorité de réglementation pharmaceutique; adopter un programme conjoint desdites structures pour le suivi de la qualité des médicaments après leur mise sur le marché et adopter des outils de suivi du monitoring et des décisions requises.

Ce séminaire regroupe des représentants de plusieurs structures de santé de Bamako et des régions ainsi que les partenaires techniques et financiers. Il s’inscrit dans la mise en œuvre de la politique pharmaceutique nationale du Mali qui est partie intégrante de la politique nationale de la santé.

Le représentant du ministre de la Santé et l’Hygiène publique,  a rappelé que des études ont révélé la circulation au Mali de médicaments sous standards, souvent sans principe actif concernant certains programmes prioritaires dont le paludisme, avec les risques réels d’échecs de la prise en charge. Toutes choses, selon lui,  qui interpellent les autorités à inscrire dans la politique nationale de santé, un système de surveillance efficace de la qualité des médicaments circulant sur le territoire, afin de minimiser les risques et une meilleure sauvegarde de la santé des populations.

Au Mali, les fonctions dévolues à l’autorité de la réglementation pharmaceutique sont réparties entre le Laboratoire de la santé, la Direction de la pharmacie et du médicament et l’Inspection de la santé.  Cette autorité de la réglementation mérite d’être renforcée par une meilleure coordination des activités. C’est ainsi que la politique pharmaceutique nationale de 2012 a prévu dans son plan d’actions, l’adoption d’un cadre de coordination entre les différentes structures impliquées dans le système d’assurance qualité et l’adoption et la mise en œuvre d’un programme de suivi de la qualité des médicaments après leur mise sur le marché.

Élaboré par le Laboratoire national de la santé et financé par l’OMS, le projet d’élaboration de plan stratégique s’inscrit pour le renforcement de cette coordination.

Le représentant du ministre de la Santé a demandé aux participants, lesquels  sont chargés de la réglementation pharmaceutique dans leurs structures respectives, d’amender ce plan stratégique de performance. Aussi, il  les a invités à mettre en pratique les recommandations qui découleront du séminaire.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *