Centre national de transfusion sanguine : UN PLAN OPERATIONNEL AMBITIEUX MALGRE UN BUDGET EN BAISSE

 

don sang malade serum

Le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) a tenu, hier, la 24è session de son conseil d’administration. Les travaux se sont déroulés dans la salle de conférence du centre sous la présidence de Sékou Oumar Dembélé, conseiller technique au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique. C’était en présence du directeur général du centre, le professeur Mounirou Baby et de l’ensemble des administrateurs. Au cours de cette session, les membres du conseil d’administration ont examiné le rapport d’activités 2015, le projet d’activités pour 2016 et le budget correspondant.

En 2015, le budget du CNTS s’équilibrait en recettes et en dépenses à 821,9 millions Fcfa. Celui de 2016 se chiffre à 780,3 millions Fcfa, soit une baisse par rapport à l’exercice précédent. Ce qui n’empêche pas le taux de production des produits sanguins de s’inscrire nettement à la hausse.

« Malgré quelques contraintes enregistrées au cours de l’exercice 2015, parmi lesquelles l’insuffisance des ressources humaines et la lenteur dans la procédure de passation du marché des réactifs, le bilan de cet exercice est reluisant, en témoignent les taux de mobilisation des ressources et d’exécution des dépenses qui ont permis au centre d’exécuter l’essentiel des activités inscrites dans son plan opérationnel », a noté le directeur général.

Le Pr Mounirou Baby souligne que l’appui des partenaires a contribué à la disponibilité des intrants de transfusion et à la continuité de l’activité transfusionnelle sur toute l’étendue du territoire.

Afin de booster les activités de recherche et d’améliorer la qualité des prestations, la direction du CNTS a mis l’accent, depuis quelques années, sur la formation  diplômante et la formation continue de ses agents, a souligné Mounirou Baby. Ainsi, l’exercice 2015 a enregistré le couronnement des études doctorales de deux cadres à l’Université libre de Bruxelles et à Marseille et d’un master en médecine transfusionnelle à l’Université de Liège. En outre, un maître de conférences en immunologie vient de prendre service au CNTS.

Les prélèvements à Bamako du 1er janvier au 31 décembre 2015 se chiffrent à 51 912 poches dont 86% en cabines fixes et 14 % en cabines mobiles. Le CNTS a aussi enregistré une augmentation du nombre de dons volontaires qui est passé de 27% en 2014 à 35% en 2015. Le taux de production  des produits sanguins est nettement en  hausse. Ces résultats, ont incité le conseiller technique à créditer le centre d’une grande amélioration du taux de santé. Le représentant du président du CA a aussi cité l’ouverture des banques de sang qui ont permis d’élargir l’accessibilité et d’assurer une prise en charge optimale des patients.

Le centre a un plan ambitieux dont la réalisation passe par l’adoption de nouveaux textes et l’amélioration des conditions de travail, a noté Sékou Oumar Dembélé. Le CNTS prévoit notamment de collecter et qualifier 70 000 unités de poches de sang, préparer 26 000 produits sanguins labiles, acquérir un site pour la construction d’un nouveau centre à Bamako, poursuivre la formation diplomante et la formation continue du personnel, étendre la couverture du pays en structures transfusionnelles, s’inscrire dans un processus d’accréditation et exécuter les protocoles de recherche.

F. NAPHO

 

Source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *