Afrique subsaharienne : Le port du masque et la distanciation sociale pourraient éviter jusqu’à 73085 décès d’ici décembre

Dans les nouvelles projections du Covid-19 pour l’Afrique subsaharienne, l’Institute for health metrics and evaluation (Ihme) de l’Université de Washington prévoit qu’avec l’adhésion presque universelle aux mandats de port de masque et de distanciation sociale les pays touchés pourraient éviter jusqu’à 73 085 décès dans la région d’ici le 1er décembre.

 

Selon un communiqué de presse, même dans ce meilleur des cas, la pandémie ferait toujours des ravages dans la région, avec un total estimé à 85 688 décès par Covid-19 en décembre
(contre 15 000 décès à la mi-juillet).

«Si les gouvernements continuent à assouplir les mesures de distanciation sociale et que le port de masques n’est pas largement pratiqué, le nombre total de décès au 1er décembre pourrait atteindre 180 273 », lit-on dans un communiqué de presse. Selon la même source, l’adhésion quasi universelle au port de masque et à d’autres mesures de prévention pourrait réduire le nombre de morts à 85 688 décès au total d’ici le 1er décembre. Cependant, si les gens ignorent ces efforts, l’Ihme prévoit 158 773 décès.

« Il est encourageant de constater que dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, les premiers mandats pour pratiquer la distanciation sociale et limiter les déplacements ont atténué la propagation du Covid-19 », a déclaré le directeur de l’Ihme, le Dr Christopher Murray. « Ces nouvelles projections suggèrent que de tels mandats doivent continuer à jouer un rôle critique et que les citoyens de tous les pays devraient porter des masques régulièrement. Comme nous l’avons vu aux États-Unis, le prix d’un relâchement prématuré de ces efforts d’atténuation pourrait être une augmentation significative des nouveaux cas et des décès.

Selon les projections de l’Ihme, le plus grand nombre de décès est susceptible de se produire en Afrique du Sud, en Zambie, au Kenya, au Malawi et au Zimbabwe.

L’Ihme est une organisation de recherche sur la santé d’envergure mondiale sise à la University of Washington qui établit des mesures rigoureuses et comparables des problèmes de santé les plus importants du monde et qui évalue les stratégies élaborées pour les corriger.

Adou FAYE

LEJECOM

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *