85EME CA de la pharmacie populaire du Mali : Quand le secteur public creuse un trou de 5 milliards

 Le 22 février dernier, lors de la 85eme session de son CA, Dr Moussa Sanogo qui préside  aux destinées de la Pharmacie Populaire du Mali, est apparu à la fois comme un citoyen fier et comblé. Homme affable et disponible, il est parvenu contre toutes attentes à tirer la PPM du gouffre aux profondeurs insondables. Un triste souvenir balayé d’un revers de la main. Son bilan au cours de l’année 2017 est largement satisfaisant. Car marquée par une bonne maîtrise des besoins du secteur public. Espérons que les perspectives tiennent les promesses des fleurs.

Les locaux de la Pharmacie populaire du Mali ont abrité le 22 février dernier, la 85èmesession de son Conseil d’administration sous la haute présidence de Dr Moussa Sanogo (Président du CA). C’était en présence de plusieurs personnalités, en l’occurrence celles qui œuvrent au quotidien dans le secteur de la santé. En effet, l’objectif assigné était de faire le bilan des activités de l’année écoulée et de se pencher sur les perspectives 2018.

A l’entame de ses propos, le PDG de la PPM, a indiqué qu’au plan des activités opérationnelles, l’année 2017 a été marquée par une plus grande maîtrise des besoins du secteur public en Médicaments essentiels, avec un taux de disponibilité des médicaments du panier de l’ordre de 97,06% avec 238 jours de couverture des besoins en médicaments sur toute la pyramide sanitaire y compris les régions du Nord.

Selon lui, durant l’année écoulée, la PPM a procédé à la distribution effective de 31 453 Kits de césarienne simples et 14 305 compléments de kits dans l’ensemble des structures sanitaires publiques habilitées ; la livraison des médicaments au titre des épidémies et des catastrophes pour un montant de 757 749 660 FCFA ; l’acquisition des médicaments de lutte contre la tuberculose et le cancer qui sont gratuits pour 307 715 620 FCFA ; l’achat des vaccins contre le choléra, la grippe ; la méningite et le vaccin antirabique pour un coût total de 208 325 250 FCFA.

Il a également déclaré qu’au cours des trois derniers exercices, la PPM a réalisé 32 milliards de chiffres d’affaires contre une prévision de 30 milliards soit un dépassement de 10% par rapport aux prévisions.

Un résultat net prévisionnel de 438 millions FCFA est attendu en 2018. Les prix de cession des produits de la PPM sont régulés par l’Etat à travers un coefficient multiplicateur.

En outre, il dira qu’en 2017, de nouveaux produits ont été mis sur le marché notamment les consommables de dialyses, plusieurs types de réactifs, des matériels médicaux, les produits sanguins, les couches médicalisées adultes etc. Cette tendance devrait se poursuivre en 2018 selon le contrat plan du ministre de l’économie et des finances, a-t-il précisé.

’Toujours au cours de l’année 2017, une série de formation continue dont le coût monte à plus de vingt cinq millions FCFA ( 25.000.000 FCFA) a été initiée avec toutes les catégories du personnel (chauffeur, assistant de direction, comptable, informaticien, pharmacien, gestionnaire etc.’’, a-t-il affirmé.

Dr Sanogo a enfin mis un accent particulier sur les problèmes rencontrés au cours de l’exercice.

« Nous avons éprouvé d’énormes difficultés liées aux paiements de livraisons de médicaments et autres dispositifs médicaux effectués de février 2017 à nos jours au profit du secteur public qui se chiffrent à plus de cinq (5.000.000.000 FCFA) milliards de FCFA d’impayés », a-t-il conclu.

Idrissa I. MAIGA

Par L’Agora

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *