Vote de la loi de prorogation du mandat des députés : Aucun député n’a voté contre

Comme une lettre à la poste, le projet de loi organique portant prorogation du mandat des députés a été adopté hier par l’Assemblée nationale, avec 123 voix pour, 19 abstentions et 0 contre. Aucun député n’a donc voté contre.

Le directoire des partis du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie, des forces patriotiques et celui de l’ADP-Maliba et le RPDM s’étaient déclarés contre une nouvelle prorogation du mandat des députés. Ils avaient certainement pris cette décision à l’insu de leurs députés. Hier jeudi, la loi de prorogation a été adoptée presqu’à l’unanimité par les élus de la nation, avec 123 pour, 19 abstentions et 0 contre. Comme pour dire que ni les députés de l’Urd de Soumaila Cissé, ni ceux du Parti Sadi d’Oumar Mariko et de l’ADP-Maliba n’ont respecté la consigne de leur parti.

Indiscipline ou vote stratégique

Du coté du parti de Dr Oumar Mariko, il s’agit simplement d’un vote stratégique pour éviter de ne pas prendre le risque de ne pas être suivi par la population. « Le parti Sadi s’est abstenu. L’abstention a la valeur de refus de participer à tout le processus. Nous avons un parti qui a besoin de s’écouter lui-même. En 2012 on a pris le lion par la tête, et aucun Malien n’est venu ne serait-ce que prendre la queue. Maintenant on a compris que le peuple malien est un peuple qu’il faut suivre. Mais tu ne cesses de le devancer, il prend tout son temps pour te suivre. Aujourd’hui encore le parti Sadi reste entièrement contre la prorogation. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut voter contre ou pour. On s’abstient et on n’attend le peuple », a réagi Dr Allaye Bocoum quelques heures après le vote de la loi.

Selon Dr Bocoum cette position de leurs députés découle du respect de la décision de leur congrès. « Il n’est pas question d’indiscipline de la part de nos députés. Puisque c’est un sujet qui a été murement discuté et nous suivons le peuple malien. Nous, on met le peuple à l’épreuve. On a déjà montré l’exemple en 2012, on n’a pas été suivi. Nous sommes cohérents avec nous-mêmes, parce que le congrès a demandé à ce que le parti ne proroge pas et qu’il ne participe même pas au vote », soutient Dr Allaye Bocoum.

Du coté de la direction de l’Union pour la République et la démocratie de l’honorable Soumaila Cissé, on soutient que le parti n’a aucun moyen pour contraindre les députés à voter dans tel ou tel sens malgré la position préalablement affichée par les responsables du parti. « Les députés n’ont pas voulu peut-être aller à l’encontre d’une entente entre eux. Nous on n’a aucune mesure qui peut aujourd’hui obliger les députés à aller dans le sens que nous voulons, au regard des dispositions constitutionnelles. Même si nous les sanctionnons, c’est comme si nous faisons quelques chose d’anticonstitutionnelle. C’était aux députés de prendre leur responsabilité et de dire ou nous votons pour ou nous nous abstenons. Ils se sont abstenus », a expliqué Macké Diallo, membre de la cellule de communication de l’Urd. Avant de se prêter à un exercice d’explication du bien fondé de la position qui a été celle de leurs députés hier jeudi à l’Assemblée nationale. « Ce qui allait être un gros problème, est que si certains avaient voté et que d’autres s’abstiennent. Mais cette position prouve qu’ils frome un bloc par rapport à l’abstention. Ce qui montre déjà que notre parti n’est pas pour la prorogation mais on n’est pas totalement contre parce qu’on ne veut pas laisser les députés de la majorité seuls gérer l’Assemblée nationale. Et c’est une position réaliste. On ne peut pas parler d’indiscipline, c’est eux qui connaissent les réalités de l’Assemblée », indique Macké Diallo…Lire la suite sur Aumali

Oumar B. Sidibé

Source: L’ Indicateur renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *