VISITE DU PM A KIDAL : Alors M. « Boubeyleaks », Quid des appels et SMS du 17 Mai ?

Gloire aux Forces de défense et de sécurité du Mali ! Si la grandeur d’une armée doit se mesurer à la lumière de ses équipements disponibles, de son courage, de son moral et de son professionnalisme, rapportés à la gravité de la menace en face, alors il faut tirer le chapeau à nos forces de défense et de sécurité qui ont dû faire face à UNE NOUVELLE COALITION ARMEE qu’elles ne pouvaient pas soupçonner.

soumeylou boubeye maiga adema homme politique malien ministre

17 Mai 2014, jour d’affirmation de l’autorité de l’Etat. 

Lors de sa Déclaration de Politique Générale, le PM Mara a été pris à partie par l’opposition incarnée par la VRD et avait promis aux honorables députés de se rendre à Kidal avec une délégation gouvernementale. Chose promise, chose due, chose faite. Qu’est-ce qui se tramait dans les coulisses ce jour ? Pourquoi la visite du PM gênait-elle autant ? Qui, cette visite gênait-elle ? Quels rôles SERVAL et la MINUSMA ont joués? Pour quelles fins ? 

Une partie de la délégation gouvernementale qui, après Gao et Tombouctou, s’est rendue à Kidal le 17 Mai, alors que, lui, Boubeye, qui était censé s’occuper de sa sécurité a rebroussé chemin, sous prétexte qu’il était malade ou qu’il devait piloter les opérations depuis Bamako. La visite fut un véritable fiasco sécuritaire. Le PM Mara et sa délégation ont été  contraints de dormir dans le camp à Kidal. Des préfets et d’autres fonctionnaires ont été lâchement assassinés par les bandits armés au nez et à la barbe de la Munisma et de Serval, deux institutions qui doivent des explications au peuple malien, même s’il n’a pas les moyens, pour le moment, de l’exiger. Moussa Mara, sous le choc, était tenté par l’idée de jeter l’éponge, n’eut été l’accueil que les populations lui ont spontanément réservé, à son retour de Kidal, pour être des témoins vivants de son courage et de son patriotisme. 

Car en allant à Kidal dans les conditions que l’on sait, le PM a dû oublier sa famille, donner en sacrifice sa propre personne pour le bien du Mali. C’est cela être patriote. C’est cela être homme d’Etat !

21 Mai 2014, pour humilier l’Etat  

A partir de cet instant précis et sous l’éclairage des évènements survenus le 17 Mai à Kidal, lors de la visite du Premier ministre, nous pouvons affirmer que les évènements du 21 Mai ne peuvent être que l’expression d’un vaste complot pour annihiler les nombreuses retombées diplomatiques et géostratégiques engrangées par la visite de la délégation gouvernementale dirigée par le Premier ministre. Parce que cette visite crainte par les ennemis du Mali visibles, comme encagoulés, a permis de mettre à nu toute la duplicité de la communauté internationale, compromise avec des forces terroristes toujours présentes à Kidal et ses environs, mais avec qui elle a conclu un gentleman-agreement sur le dos de la République et de la nation malienne.

Il fallait donc tout de suite déployer une stratégie rapide, capable de provoquer un choc émotionnel plus grand que celui produit par les évènements du 17 Mai, mais cette fois-ci ce sera au détriment de l’Etat et des autorités maliennes; histoire de détourner le regard sur la dangerosité de la réalité de la collision MINUSMA-SERVAL-TERRORISTES découverte le 17 Mai à Kidal et exposée à la face du Mali, de l’Afrique et du monde.

D’où les évènements du 21 Mai qui ont choqué par le caractère massif de soldats tués du côté de l’armée malienne, mais aussi de soldats faits prisonniers et de matériels de guerre confisqués par « le nouveau MNLA » composé par les terroristes appuyés par un SERVAL actif et une Munisma qui ferme les yeux. L’objectif étant d’humilier l’Etat et l’armée malienne, pour ensuite accréditer l’idée de « l’irresponsabilité des dirigeants maliens qui envoient leurs militaires à la boucherie, pour après quémander un cessez-le feu ». 

Bravo aux forces de défense et de sécurité

Ils ne diront jamais que les militaires maliens ont fait preuve d’une bravoure et d’un professionnalisme inestimables, malgré la menace d’en face montée de toutes pièces par des forces invisibles. Si les Forces armées maliennes n’avaient pas vaillamment combattu, s’ils avaient encore fui, alors le théâtre des opérations n’aurait pas enregistré tous ces martyrs, parmi lesquels de nombreux jeunes.

Gloire à leurs mémoires, leur martyre ne sera pas vain !

C’est donc cela la nouvelle configuration des enjeux actuels au nord du Mali que les autorités devront intégrer dans toutes leurs stratégies de résolution de cette crise qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Les ennemis du Mali avaient presque réussi leur coup, car les évènements du  21 mai pouvaient même déclencher un soulèvement populaire contre l’Etat. Mais, heureusement, le peuple a compris et a choisi de s’arrêter à ceux du 17 Mai tout en observant le deuil en ce qui concerne ce nouveau jour, noir de tristesse et de manipulations macabres.

Donc la vigilance doit désormais être de mise, en toutes circonstances. Il faut aussi, très vite,  que le Président IBK tire les choses au clair, et purge l’Etat de tous ces comploteurs vèreux tapis dans l’ombre, dans le souci de sécuriser le peuple et ses territoires en rehaussant le moral des troupes. 

Pourquoi cette situation à Kidal ? Pourquoi toute cette insécurité malgré la présence de la Munisma et Serval ? Qui ne joue pas bien son rôle ? Voilà les seules questions qui méritent une commission d’enquête parlementaire. Peut-être que mister « BoubeyLeaks » sera disposé  à fournir ses listings d’enregistrements « explosifs » aussi bien pour le 21 Mai que pour le 17 Mai. Qui peut le plus peut le moins !

LE CHERIF 

Source: L’Enquêteur

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.