Visite du MAE malien à Alger Le rôle «éminent» de l’Algérie dans le processus de paix salué

Le chef de la diplomatie malienne a rappelé le rôle joué par l’Algérie depuis janvier 1991 dans le Pacte national malien jusqu’à l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger et signé en juin 2015 à Bamako.

Le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiébilé Dramé, a salué, mardi, à Alger, le rôle «éminent» de l’Algérie dans le processus de paix et de réconciliation au Mali, soulignant que les dirigeants maliens sont «profondément reconnaissants» à l’égard des efforts menés par la diplomatie algérienne. Dans une déclaration faite à la presse, à l’issue de ses entretiens tenus mardi avec son homologue algérien, Sabri Boukadoum, au siège du ministère des Affaires étrangères, M. Dramé a salué le rôle «éminent» de l’Algérie dans «la stabilisation et la résolution de la crise malienne». Dans ce contexte, le chef de la diplomatie malienne a rappelé le rôle joué par l’Algérie depuis janvier 1991 dans le Pacte national malien jusqu’à l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger et signé en juin 2015 à Bamako. «L’Algérie en tant que président du comité de mise en oeuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali est un négociateur principal pour qui la souveraineté et l’intégrité territoriale du Mali ne sont pas négociables. Les dirigeants maliens sont profondément reconnaissants à l’égard des efforts menés par l’Algérie pour la stabilisation et la résolution de la crise malienne», a souligné encore M. Dramé. Affirmant que sa visite en Algérie a atteint de «très bons résultats», le ministre malien a annoncé que les deux parties ont convenu lors des entretiens élargis aux délégations des deux pays de tenir dans les semaines à venir une réunion de la commission bilatérale chargée des questions de déplacement et de circulation migratoire afin, a-t-il précisé, de «prendre des mesures adéquates». «Les deux parties ont souhaité qu’il y ait un cadre juridique algéro-malien pour prendre en charge cette question importante», a fait savoir, en outre, le chef de la diplomatie malienne.
A ce titre, il a annoncé la nomination prochaine d’un consul général malien à Tamanrasset, après la nomination il y’a une semaine d’un nouvel ambassadeur en Algérie. Qualifiant, à l’occasion, les relations bilatérales d’ «extrêmement importantes», M. Dramé a ajouté que lors des entretiens avec son homologue algérien, les deux parties ont abordé également les «quelques difficultés» rencontrées dans la mise en úuvre de «certains aspects» de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, soutenant qu’un modus-operandi a été trouvé pour les surmonter. Le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, qui a entamé mardi une visite de travail de deux jours à Alger, a indiqué, aussi, être porteur d’un message du président malien, Ibrahim Boubacar Keita, à l’intention du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, qu’il lui a transmis, hier, lors de l’audience. Notons que le déplacement du chef de la diplomatie malienne en Algérie intervient à la suite de la visite à Bamako, les 17 et 18 juin dernier, de M. Boukadoum, lors de laquelle il avait coprésidé avec son homologue malien la 14ème session du Haut Comité bilatéral stratégique (CBS) algéro-malien.M. Boukadoum avait présidé lors de la même visite la 3ème réunion ministérielle du Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, dont l’Algérie assure la présidence.

Source: lexpressiondz

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *