TRANSHUMANCE POLITIQUE : Ils quittent par vagues Yéléma pour la Codem

La transhumance politique est légion dans nos formations politiques et notre code électoral ne pipe mot pour freiner ces hommes politiques qui, comme du bétail, sont toujours à la recherche de foin.

C’est le parti Codem qui vient d’accueillir avec tambour et trompette un fort contingent de transhumants politiques. Des militants de la première heure du parti Yéléma (Le Changement) ont déposé armes et bagages à la Codem, le parti du ministre Poulo où l’on croit trouver à manger et boire en « ces temps de grande sècheresse ». Le Premier ministre Moussa Mara, président du parti, a confirmé le départ de ses anciens camarades qui avaient tout donné au parti Yéléma qu’ils ont porté ensemble sur les fonts baptismaux.

Le Grand hôtel a été le cadre choisi pour l’officialisation de cette transhumance politique. C’était le samedi dernier à l’occasion d’une grande cérémonie marquant l’adhésion des transfuges du parti Yéléma à la Codem. Ils sont une vingtaine de membres du CE de Yéléma dont des vice-présidents, secrétaires politiques et autres membres du comité exécutif qui laissent Moussa Mara orphelin pour renforcer le parti du jeune ministre Guindo.

Dans une salle archicomble  et en présence de nombreux militants et aussi du président du parti Housseini Amion Guindo, les transhumants ont reçu un accueil chaleureux de leur désormais camarades.

Le président de la Convergence pour le développement du Mali, Housseini Amion Guindo dira : « C’est un nouveau soleil qui vient de paraitre au parti et cette adhésion est un nouveau souffle et un nouveau départ pour la Codem », a-t-il ajouté, très ému. Il a invité les militants à faciliter l’intégration des nouveaux venus. « Pas d’échec pour leur intégration. Faites-en des rois ».

Selon le ministre, président de parti ce choix de la Codem n’a pas été marchandé. « Je connais bien ces adhérents et connais aussi leur volonté. C’est bien la conviction qui a prévalu à leur choix », a dit haut et fort le ministre Guindo. Satisfecit du côté des transhumants politiques  par la voix de leur porte-parole. « Nous l’avons fait parce que nous croyons en la Codem ».

L’ancien secrétaire politique de Yéléma, Amadou Aya, a assuré les militants de la Codem que toute la section Yéléma de Koro ralliera la Codem. La Codem devra dans les prochains jours faire le deuil du parti Yéléma à Koro laissant l’ancien Premier ministre dans le veuvage.

La transhumance politique tant qu’elle n’est pas interdite va faire du mal à de très nombreuses formations politiques.

Néguesson Diarra

Source : Notre Printemps

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *