Tournée régionale en 4e région : Les joies et peines de cœur du président Keïta.

ibrahim boubacar keita ibk president malien armee malienne soldat militaire didier dakouo tieman hubert coulibaly ministre defense ancien combattant defile

Conformément à sa volonté de visiter l’ensemble des régions du pays, une manière de rencontrer directement ses compatriotes, écouter parler et échanger directement, sans intermédiaires.

En dépit de la densité de son agenda présidentiel, IBK, après Sikasso et juste au lendemain de son retour de France et d’Afrique du  Sud, est allé à Ségou.   Une longue semaine aux pas de charge, accompagné de membres de son cabinet et de certains ministres de la République.
C’était du 07 au 12 décembre.  Mais la question que l’on est en droit de se poser, malgré les actes forts qu’il a posé tout au long de cette semaine d’échanges et d’écoutes est celle- là : Le président Ibrahim Boubacar Keïta est-il réellement revenu satisfait de ce qu’il a vu et entendu chez ses compatriotes du Mali profond ? Avant lui, son aîné bien aimé, ancien président de la République du Mali, le général Moussa Traoré, avait sa petite idée sur l’immense contraste des réalités socio- économiques et morales des maliens de la capitale et de ceux de l’intérieur. C’est à l’intérieur, que l’on rencontre des maliens honnêtes, sérieux, travailleurs et sincères. Ici à Bamako, c’est tout le contraire, disait-il à l’envie. Président de la République du Mali depuis 2013, IBK, après Sikasso et Segou
maintenant, a t- il la même sensation ? En tout cas, au regard de ses sorties au vitriol au cours de certains de ses meetings à Segou, lorsqu’il s’agissait de l’armée au camp Cheikou Amadou, à Bla face aux populations qui broient du noir et aux jeunes qui n’ont pas où se distraire et même à Mandiakui qui, n’avait vu un président de la République depuis, IBK, dis-je, a vu et entendu et a laissé éclater sa colère, toute sa colère, sa déception, toute sa déception. D’un mea culpa au regard de l’étendue du drame que vivent ses compatriotes dans une dignité absolue face à la misère et au mépris, IBK s’est désolé et a promis de remettre les choses en bon endroit. Il a été abusé par les mensonges des langues mielleuses. Il vaut mieux voir et vivre une seule fois, que d’entendre des milliers de fois. Tout ce qu’il entendait était faux, absolument faux, a t –il reconnu. Se sachant
attendu en retour et avec les solutions qui se posent à ses compatriotes qui ont ouvert leur cœur, le président IBK décrétera sans doute 2016, année de la prise en compte des préoccupations des maliens de l’intérieur. Sur ces déceptions au camp Cheikou Amadou, face à une armée nationale mal lotie, sans moyens de locomotion pour le transport de la troupe, à Bla avec des maliens vivant à même le clair de lune, des jeunes rasant les murs, il n’est pas étonnant que des têtes tombent. En tout cas, nous nous ferons le devoir de lui rappeler ses promesses de la tournée ségovienne, de toutes les promesses de la tournée, juste pour qu’il reste en phase avec ses compatriotes qui comptent sur lui et qui bénissent sa vie.

Sory de Motti

source :  La Nouvelle Patrie

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *