Tièmoko Sangaré : «c’est le déficit de la discipline qui a conduit l’Adéma à tous les échecs»

Fidèle à la tradition, le parti Adéma/PASJ a présenté, le samedi 5 janvier 2019, ses vœux de nouvel an à la presse nationale et internationale. C’était au siège du parti sis à Bamako-coura. La cérémonie présidée par le professeur Tiémoko Sangaré, président du parti, non moins ministre de la Défense, a eu lieu en présence de Abdel Karim Konaté, vice-président ainsi que plusieurs autres membres et sympathisants du parti.

Cette conférence était l’occasion pour les cadres de l’Adéma/PASJ et la presse d’échanger sur la vie du parti et les questions d’intérêt  national et international.

Prenant la parole, le Pr. Tiémoko Sangaré, président de l’Adéma/PASJ a affirmé que « l’Adéma poursuivra sa mue en renforçant la gouvernance démocratique interne, consacrant ainsi le plein envol des organes affiliés au parti que sont le Mouvement national des femmes et celui des jeunes, donc je salue ici le dynamisme, l’engagement militant et le sens du combat politique », a indiqué le président des abeilles. Et d’ajouter que « les militants de l’Adéma/PASJ doivent rester sereins, disciplinés et déterminés pour la sauvegarde de leur parti et ses valeurs. Je lance un appel solennel à toutes celles et tous ceux qui, avant-hier et hier étaient encore dans ce parti et qui se sont retirés pour diverses raisons, à revenir dans leur maison-mère », a- t –il ajouté.

La cérémonie de présentation de vœux de l’Adéma/PASJ s’est tenue dans un contexte où le Mali, à l’instar des autres pays de la sous-région, traverse une situation sécuritaire plus difficile. C’est pourquoi Tiémoko Sangaré, en tant que ministre de la Défense, a expliqué que « nos forces armées sont engagées contre le terrorisme qui, de nos jours, est devenu la sève nourricière des conflits inter-communautaires », a-t-il expliqué. Pour lui, « l’Adéma, parti social-démocrate et panafricaniste est et restera une famille ouverte à tous ceux qui partagent ses valeurs ». Et de dire que « nous sommes un parti de masse, le parti du peuple, issu du peuple, et dont le cœur bat au diapason de celui de toutes les filles et de tous les fils de ce pays », dit-il.

Pr. Tiémoko Sangaré explique qu’« après une année électorale quelque peu mouvementée au sein de mon parti, et au début de mandat marqué par une tension sociale critique, nous avons décidé de faire de cette année 2019, une année de la réorganisation, de la redynamisation et de la modernisation de notre parti dans la discipline, afin de le préparer à de futures victoires électorales ». En réalité il est temps que les militants de l’Adéma, un parti issu des entrailles de parti clandestins, fassent de la discipline une des valeurs cardinales de leurs actions politiques de tous les jours. Pour ce faire, Pr. Tiémoko Sangaré a insisté que son maitre mot est et  restera « la discipline » car, « c’est le déficit de la discipline qui a conduit l’Adéma à tous les échecs». Il s’interroge par la suite, qu’ « en effet, comment mettre le parti à l’abri des convulsions répétitives, voire cycliques, sans discipline ? Comment construire un parti de militants sans discipline, comment coller aux valeurs fondatrices du parti sans discipline ? Bref, comment assurer la refondation tant voulue par tous sans discipline ? » Autant de questions qui méritent d’être posées pour le bonheur des abeilles.

Gaousou Kanté

Malijet

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *