TIEBILE A PROPOS DES COMMUNALES DU 20 NOVEMBRE : «Le peuple malien qui souffre tant doit donner un sévère avertissement à ceux qui nous gouvernent avec tant d’irresponsabilité et tant d’inconscience…»

La campagne des élections communales bat son plein. Et le président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), Tiébilé Dramé, a appelé le peuple malien à donner un sévère avertissement aux gouvernants actuels en votant massivement contre les listes RPM. Gouvernants qui, selon lui, gouvernent avec beaucoup d’irresponsabilité et d’inconscience. Il a fait l’appel à la faveur d’une conférence de presse de l’opposition tenue le jeudi 3 novembre 2016 à la Maison de la presse.

opposition malienne conference reunion parena tiebile drame

« L’improvisation, le pilotage à vue, la politique de l’autruche et la démission des pouvoirs publics sont les marques de fabrique de la gouvernance instaurée depuis trois ans par le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita », a déclaré d’entrée de jeu l’opposant Tiébilé Dramé.

Avant de poursuivre : « cette gouvernance a causé trop de torts à notre pays. La partition rampante du territoire national, le démantèlement de l’intégrité territoriale du Mali, la division des croissante des communautés composant l’ensemble national, l’insécurité galopante, le sang qui coule chaque jour au Mali, l’extension de la pauvreté et la détérioration des conditions de vie du peuple sont les conséquences de cette gouvernance chaotique ».

Et le président Dramé de lancer un appel : « Le peuple malien qui souffre tant doit, à la faveur des communales du 20 novembre, donner un sévère avertissement à ceux qui nous gouvernent avec tant d’irresponsabilité et tant d’inconscience ».

Des tirs croisés au régime IBK

Actualité oblige. Le président du parti du bélier blanc s’est également prononcé sur la situation d’insécurité que le pays traverse. Selon lui, le Mali va mal, très mal, la situation du pays est de plus en plus intenable, et l’insécurité galopante n’épargne aucune région de notre pays. « En ce début de novembre, notre peuple vit dans la psychose de l’insécurité, dans l’inquiétude de la partition rampante du territoire national. L’intégrité du territoire est chaque jour démantelée. La réconciliation nationale et la réunification du pays sont renvoyées aux calendes grecques… ».

Se prononçant sur l’installation prochaine des autorités intérimaires et la tenue programmée des élections communales, le président Dramé a indiqué le pays est à deux vitesses du fait de l’incompétence et de l’incurie des pouvoirs publics.

Selon lui, la composition des autorités intérimaires ne tient compte d’aucun principe d’équité. « Elle fait fi des causes du soulèvement de Gao (juillet 2016) et des promesses faites aux forces vives de cette localité au nom du Gouvernement par la délégation ministérielle », a-t-il rappelé. Avant d’indiquer : « le calendrier d’installation de ces autorités intérimaires ne semble tenir compte ni des causes immédiates de la guerre civile de Kidal (juillet, août et septembre) à savoir la présidence de l’Autorité Intérimaire de cette région, ni des vagues de protestations que le décret a suscitées au sein de certains groupes armés ».

Agmour

 

Source: lepays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *